altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 14 juin 2024

Nouvelle production de La Passion grecque de MartinĆŻ dans une mise en scĂšne de Simon Stone et sous la direction de Maxime Pascal au festival de Salzbourg 2023.

Salzbourg 2023 (5) :
Plaidoyer contre le repli

© Monika Rittershaus

Carton plein pour l’entrĂ©e au rĂ©pertoire de Salzbourg de La Passion grecque de Bohuslav MartinĆŻ grĂące Ă  une parfaite cohĂ©sion entre mise en scĂšne limpide, direction trĂšs dramatique et distribution un peu disparate mais hyper engagĂ©e. Le message de l’Ɠuvre, plaidoyer contre les rĂ©flexes de repli face au phĂ©nomĂšne des migrations, en ressort dĂ©cuplĂ©.
 

Felsenreitschule, Salzburg
Le 18/08/2023
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Connivence musicale

  • Du cĂŽtĂ© de chez Gaillardin

  • Le drĂŽle de rĂ©cital

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • MartinĆŻ est toujours restĂ© marginal Ă  Salzbourg, si l’on excepte la crĂ©ation mondiale des Fresques de Piero della Francesca en 1956 par Rafael Kubelik et une version de concert de Juliette avec Lucia Popp en 1991. Sachant Markus HinterhĂ€user trĂšs prĂ©occupĂ© par l’écho des Ɠuvres dans le monde contemporain, la programmation a dĂ» s’imposer du dernier des seize opĂ©ras du compositeur tchĂšque, basĂ© sur le roman Le Christ recrucifiĂ© de Nikos KazantzĂĄkis.

    Dans le village fictif de Likovrissi en Anatolie, aprĂšs la messe du Samedi saint, le prĂȘtre Grigoris annonce pour PĂąques suivant l’exĂ©cution d’un mystĂšre sur la Passion et distribue les rĂŽles aux habitants du village, qui prennent la chose trĂšs au sĂ©rieux. Survient alors un groupe de rĂ©fugiĂ©s grecs chassĂ©s de leurs terres, qui demandent asile. À leur tĂȘte, le prĂȘtre Fotis s’étonne de la froideur de l’accueil de son homologue, qui joue sur la peur de ses ouailles.

    La tension commence Ă  monter entre les deux groupes, tandis que les habitants s’identifient de plus en plus Ă  leur futur rĂŽle dans la Passion. Le berger Manolios notamment, qui revendique l’hĂ©ritage christique de l’accueil de ceux qui sont dans la souffrance, finit assassinĂ© par PanaĂŻt, qui devait jouer Judas. Devant l’extrĂ©mitĂ© de ce geste, les rĂ©fugiĂ©s s’en vont. Une intrigue qui ne pouvait qu’entrer en rĂ©sonance avec la vie de MartinĆŻ, plusieurs fois dĂ©racinĂ© par les soubresauts de l’Histoire.

    Cette gĂ©niale Passion grecque en quatre actes qui mĂȘle psalmodies, priĂšres et action plus opĂ©ratique, le jeune Maxime Pascal la traite avec puissance et souffle, loin de tout style d’oratorio figĂ©. Pour ses dĂ©buts avec le Philharmonique de Vienne, le directeur du Balcon fait sourdre le potentiel dramatique de l’orchestre dans des effets de masse parfaitement assĂ©nĂ©s, en alternance avec des textures quasi françaises, voire mĂ©ridionales pour les vents.

    La distribution finit par s’homogĂ©nĂ©iser entre des voix aux Ă©missions dissemblables, du Grigoris gĂ©nialement butĂ© de GĂĄbor Bretz au Fotis renfrognĂ© de Ɓukas GoliƄski, du Manolios Ă©vangĂ©liste de Sebastian Kohlhepp au Yannakos(-Pierre) conquĂ©rant de Charles Workman, en passant par l’amoureuse Lenio idĂ©alement naĂŻve de Christina Gansch et la Katerina(-Marie Madeleine) vĂ©nĂ©neuse de Sara Jakubiak. Dommage seulement que chacun prononce l’anglais Ă  sa maniĂšre, jusqu’à l’accent de redneck texan de l’avare Ladas.

    La mise en scĂšne de Simon Stone, enfin, investit totalement le ManĂšge des rochers avec des codes trĂšs simples. Contrastes des costumes d’abord entre l’uniformitĂ© des sĂ©dentaires et la bigarrure des rĂ©fugiĂ©s, qui tendent au fil de l’intrigue Ă  s’intĂ©grer par mimĂ©tisme chromatique. Symboles forts ensuite, comme cette chute d’eau source de vie, ce Christ-pantin gigantesque animĂ© tel une manche Ă  air pendant le cauchemar de Manolios, le slogan « Refugees out ! Â» peint en direct sur le dĂ©cor ou la mare de sang du meurtre final. Sans oublier la prĂ©sence des animaux convoquĂ©s par le livret, dont l'irrĂ©sistible petite Ăąnesse Elli, au service d’un propos universel, qui occasionne un triomphe.




    Felsenreitschule, Salzburg
    Le 18/08/2023
    Yannick MILLON

    Nouvelle production de La Passion grecque de MartinĆŻ dans une mise en scĂšne de Simon Stone et sous la direction de Maxime Pascal au festival de Salzbourg 2023.
    Bohuslav MartinĆŻ (1890-1959)
    The Greek Passion, opéra en quatre actes (1959)
    Livret du compositeur d’aprĂšs le roman Le Christ recrucifiĂ© de Nikos KazantzĂĄkis
    Version rĂ©visĂ©e pour l’opĂ©ra de Zurich, crĂ©Ă©e en 1961

    Salzburger Festspiele und Theater Kinderchor
    Konzertvereinigung Wiener Staatsopernchor
    Wiener Philharmoniker
    direction : Maxime Pascal
    mise en scĂšne : Simon Stone
    décors : Lizzie Clachan
    costumes : Mel Page
    Ă©clairages : Nick Schlieper
    prĂ©paration des chƓurs : Wolfgang Götz & Huw Rhys James

    Avec :
    GĂĄbor Bretz (Grigoris), Sebastian Kohlhepp (Manolios), Sara Jakubiak (Katerina), Charles Workman (Yannakos), Christina Gansch (Lenio), Matteo Ivan RaĆĄić (Andonis), MatthĂ€us Schmidlechner (Michelis), Alejandro Baliñas Vieites (Kostandis), Julian Hubbard (PanaĂŻt), Aljoscha Lennert (Nikolio), Helena Rasker (une vieille femme), Luke Stoker (Patriarcheas), Robert Dölle (Ladas), Ɓukas GoliƄski (Fotis), Scott Wilde (un vieillard), Teona Todua (Despinio).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com