altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 07 décembre 2023

Nouvelle production de L’Or du Rhin de Wagner dans une mise en scène de Benedikt von Peter et sous la direction de Jonathan Nott au Théâtre de Bâle.

Ring Bâle (1) :
Sag warum

© Ingo Höhn

La fantastique dramaturgie wagnérienne trouve son entier épanouissement avec le dispositif scénique original déployé par les équipes du théâtre de Bâle pour cette nouvelle Tétralogie. Main dans la main avec le chef Jonathan Nott, le metteur en scène Benedikt von Peter initie un cycle marqué par une cohérence et une finesse qu’on espère confirmées par la suite.
 

Theater, Basel
Le 23/09/2023
Thomas DESCHAMPS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Boris entre symboles et politique

  • Pierre qui roule

  • Similitudes et ruptures

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • L’orchestre a disparu. Seul le plateau de la scène s’offre Ă  la vue depuis le premier rang des spectateurs. Ce n’est pas une fosse recouverte comme Ă  Bayreuth qui masque les musiciens. Audacieusement, l’orchestre et son chef se trouvent prĂ©cisĂ©ment sous la scène. La partie centrale du plateau est faite de claires-voies d’oĂą s’échapperont bientĂ´t les premières mesures de L’Or du Rhin.

    Sur le mib tenu initial, très allongĂ© avant le dĂ©ploiement de l’harmonie originelle du Rhin, une voix off prĂ©sentĂ©e comme celle de BrĂĽnnhilde se questionne : « comment a-t-on pu en arriver lĂ  ? Â» Avant que n’apparaissent les Filles du Rhin sous forme de grandes marionnettes, on aperçoit, dans le fond de scène, la toute jeune Walkyrie qui fait de la balançoire dans le jardin familial. Le metteur en scène Benedikt von Peter envisage ce prologue comme une prĂ©quelle.

    Dans la maison du clan se trouvent déjà Siegmund mais également Siegfried, un garçonnet que son grand-père, Wotan, distrait par le moyen d’un petit théâtre de marionnettes utilisant toute l’imagerie traditionnelle du Ring. Sieglinde reste invisible mais les Nornes passent par là en femmes de joie au service du patriarche. L’histoire contée ce soir connaît peu de changements dans cette présentation, mais ils sont significatifs.

    Ainsi, Freia a été tellement violentée par les Géants pendant sa prise en otage qu’elle se suicide une fois libérée. Le tarissement des pommes devient donc une des explications qui va conduire cette famille jusqu’à son crépuscule. À la toute fin de ce prologue, Siegmund casse une cloison dans la maison où Sieglinde était enfermée. Sur l’injonction impérieuse de Fricka, Froh et Donner attrapent Siegmund, tandis qu’un homme des bois emporte sur son dos Sieglinde loin du clan. Une scénographie réduite à une grammaire simple : une maison stylisée, une grande table familiale, un arbre mort ; une direction d’acteur aussi précise que sans emphase : tout sert dans ce dispositif une lecture finement psychanalytique qui emprunte aux séries télé son art de tenir en haleine le spectateur.

    D’une distribution d’un rare équilibre se détachent des figures inoubliables. Dans ce volet, Loge est comme une locomotive dramaturgique. Michael Laurenz s’y montre impeccable diseur et chanteur. Face à lui, le Wotan de Nathan Berg, voix rocailleuse dont le timbre raconte autant que les mots, admirablement prononcés par ailleurs. Andrew Murphy présente un Alberich nuancé qui paraît presque digne face à la déliquescence de cette famille. Thomas Faulkner et Runi Brattaberg sont indéniablement des Géants mais aussi des marginaux. La Française Lucie Peyramaure semble une voix déjà démesurée pour Freia. Sa compatriote Solenn’ Lavanant Linke fait une Fricka hors des sentiers battus, moins matrone que de coutume rappelant le profil vocal de Friederike Grün, la créatrice du rôle à Bayreuth en 1876, dont le répertoire comptait nombre d’emplois relativement légers.

    Comme pour chacun de ses rôles à Bâle, Ronan Cailllet, encore un Français, se signale par sa versatilité, ici pour un Froh très canaille. Enfin, impossible de ne pas signaler Hanna Schwarz qui chante Erda depuis sa prise de rôle en 1976 à Bayreuth. À 80 ans, la chanteuse émérite a gardé sa présence et son timbre chaleureux. Elle peut se concentrer sur sa ligne sans se soucier d’être couverte par l’orchestre tant Jonathan Nott et son orchestre l’enveloppent avec musicalité depuis leur Nibelheim. Une fois l’oreille accoutumée à un léger assourdissement bienvenu des cuivres, toute la représentation est grâce à eux un bonheur sonore qui décuple la force théâtrale de ce spectacle.




    Theater, Basel
    Le 23/09/2023
    Thomas DESCHAMPS

    Nouvelle production de L’Or du Rhin de Wagner dans une mise en scène de Benedikt von Peter et sous la direction de Jonathan Nott au Théâtre de Bâle.
    Richard Wagner (1813-1883)
    Das Rheingold, prologue au festival scénique Der Ring des Nibelungen (1854)
    Livret du compositeur

    Orchestre symphonique de Bâle
    direction : Jonathan Nott
    mise en scène : Benedikt von Peter
    décors : Natascha von Steiger
    costumes : Katrin Lea Tag
    Ă©clairages : Roland Edrich

    Avec :
    Inna Fedorii (Woglinde), Valentina Stadler (Wellgunde), Sophie Kidwell (Flosshilde), Nathan Berg (Wotan), Michael Borth (Donner), Ronan Caillet (Froh), Michael Laurenz (Loge), Solenn’ Lavanant Linke (Fricka), Lucie Peyramaure (Freia), Hanna Schwarz (Erda), Andrew Murphy (Alberich), Karl-Heinz Brandt (Mime), Thomas Faulkner (Fasolt), Runi Brattaberg (Fafner).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com