altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 23 mai 2024

Reprise de L'Affaire Makropoulos de Janáček dans la mise en scène de Krzysztof Warlikowski, sous la direction de Susanna Mälkki à l'Opéra de Paris.

Le temps retrouvé
© Bernd Uhlig

Retour gagnant à l'Opéra de Paris pour cette affaire Makropoulos imaginée par Krzysztof Warlikowski en forme d'hommage au cinéma et à la solitude de ses stars éternelles. Karita Mattila se plie parfaitement à cette esthétique tandis que la direction de Susanna Mälkki fait de la complexité de l'écriture un écrin musical soyeux et fascinant.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 10/10/2023
David VERDIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Chevalier malade

  • Lise de JudĂ©e

  • Une joie indicible

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Dix ans tout juste après sa dernière apparition, la très poĂ©tique production de L'Affaire Makropoulos signĂ© Krzysztof Warlikowski retrouve l'OpĂ©ra Bastille avec l'Ă©vidence et la stature des spectacles iconiques. La dramaturgie joue sur des rĂ©fĂ©rences cinĂ©matographiques qui dĂ©ploient en arrière-plan toute la palette d'identitĂ©s d'Elina Makropoulos. La figure Ă©ternelle et vrai camĂ©lĂ©on passe de Marylin Monroe Ă  Gloria Swanson et Bette Davis, thème et variation d'un idĂ©al fĂ©minin pris dans le paradoxe du refus de la mort et la lassitude de vivre. On suit pas Ă  pas le kalĂ©idoscope de ces vies exhibĂ©es et offertes en sacrifice au public Ă  travers la souffrance intime d'un personnage principal vu comme une star de cinĂ©ma.

    La scène si symbolique de King Kong tenant Fay Wray dans sa main se dévoile en fond de scène tandis que les protagonistes du procès Gregor-Prus l'observent, fascinés, depuis des rangées de sièges de cinéma qui rappellent le dispositif du Triomphe du temps et de la désillusion donné à Aix en 2016. À la fois spectateur et spectacle, les personnages passent d'un espace à l'autre, occasion pour Warlikowski de filer la métaphore-thématique de l'intime avec ces espaces clos et ces salles de bains où l'intime se donne à voir, tel une vérité brûlante et redoutable… jusqu'à l'ultime bassin éclairé de biais et rappelant la scène de la piscine dans Something's Got to Give, film inachevé de George Cukor clos par le suicide de Marilyn Monroe à qui il rendait hommage.

    Ce spectacle magistral fonctionne tel un écrin construit sur mesure autour de Karita Mattila dans le rôle d'Emilia Marty. La présence en scène de la soprano finlandaise traduit la problématique d'une star qui revoit passer sa vie devant ses yeux. Vocalement, la prudence des premières interventions cède rapidement à l'engagement et à l'énergie d'aigus et de modulations dont elle seule semble avoir le secret. Ce rôle délirant et déraisonnable trouve ici une interprétation qui marquera tant par les limites techniques que par la présence quasi animale qu'elle lui offre.

    Le reste de la distribution se signale par le Jaroslav Prus désabusé et cynique de Johan Reuter, sans oublier la palette sensible de Pavel Černoch, idéal de projection et de couleurs en Albert Gregor, et le docteur Kolenaty très énergique de Károly Szemerédy. On découvre avec bonheur la ligne très plastique et déployée d'Ilanah Lobel-Torres en Krista tandis que Cyrille Dubois joue un Janek parfaitement juvénile et naïf. Nicholas Jones en Vitek volubile et le numéro d'acteur de Peter Bronder en Hauk-Šendorf ferment le ban avec talent.

    Dirigeant un Orchestre de l'Opéra de Paris parfaitement proportionné aux écueils si nombreux et si redoutables de cette partition, Susanna Mälkki conjugue lisibilité et engagement, guidant l'auditeur dans les replis d'une langue musicale où la complexité est de mise à tous les étages, à la hauteur d'un livret signé par le compositeur d’après la pièce de Karel Čapek. La direction agit ici selon le principe d'une enquête où les clés sont données progressivement, dévoilant un lyrisme sensible dans une rutilance d'accords et de lignes.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 10/10/2023
    David VERDIER

    Reprise de L'Affaire Makropoulos de Janáček dans la mise en scène de Krzysztof Warlikowski, sous la direction de Susanna Mälkki à l'Opéra de Paris.
    Leoš Janáček (1854-1928)
    Věc Makropulos, opéra en trois actes (1936)
    Livret du compositeur d’après la pièce de Karel Čapek

    Chœurs et Orchestre de l’Opéra national de Paris
    direction : Susanna Mälkki
    mise en scène : Krzysztof Warlikowski
    décors & costumes : Małgorzata Szczęśniak
    Ă©clairages : Felice Ross
    vidéo : Denis Guéguin
    préparation des chœurs : Ching-Lien Wu

    Avec :
    Karita Mattila (Emilia Marty), Pavel Černoch (Albert Gregor), Nicholas Jones (Vitek), Ilanah Lobel-Torres (Krista), Johan Reuter (Jaroslav Prus), Cyrille Dubois (Janek), Károly Szemerédy (Doktor Kolenaty), Peter Bronder (Hauk-Sendorf).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com