altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 juin 2024

Concert du Chœur de Radio France et de l’Orchestre National de France sous la direction de Kazuki Yamada au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

Carmina Solista
© Yoshinori Tsuru

Programmés aussi à la Philharmonie cette saison, les Carmina Burana sont portés au TCE avant tout par le chant, où prédominent le baryton Ludovic Tézier et la soprano Regula Mühlemann, en plus d’un Chœur et d’une Maîtrise de Radio France vigoureux et d’un dynamique Orchestre National de France, malgré la direction sans intellect de Kazuki Yamada.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 25/01/2024
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'Ă©ternitĂ© et un jour

  • Orfeo rusticana

  • Visions cauchemardesques

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Unique pièce citĂ©e en couverture de programme, les Carmina Burana de Carl Orff donnĂ©s par l’Orchestre National de France au Théâtre des Champs-ÉlysĂ©es sont pourtant prĂ©cĂ©dĂ©s de la Suite n° 2 de Bacchus et Ariane d’Albert Roussel. Ă€ l’habitude du directeur musical du Philharmonique de Monaco, Kazuki Yamada, cette partition de ballet française est proposĂ©e en finesse avec une belle utilisation des couleurs du National, sans pour autant trouver un regard passionnĂ©, ni laisser ressortir la sensibilitĂ© de certains numĂ©ros.

    Avec les Carmina Burana, l’orchestre nécessite un effectif pléthorique auquel s’adjoint en dernière partie un chœur d’enfants, qui impose de compresser les forces musicales sur la scène de l’Avenue Montaigne, et surtout de reléguer le Chœur de Radio France très au fond, au risque de lui faire perdre de sa superbe. Préparé pour l’occasion par Martina Batič, l’ensemble se montre moins précis que sous Lionel Sow, et l’on préfère les interventions des groupes de barytons et basses à ceux des sopranos, même si les deux O Fortuna montrent une belle ferveur.

    Fervent également, l’ONF tente d’abord de se repérer face aux grands gestes et moulinets du chef japonais, pas toujours facile à suivre dans ses changements rythmiques et, même s’il tente parfois d’amplifier les effets comme ceux grotesques de la taverne, il reste assez peu inspiré dans les parties les plus mystiques. Alors, malgré de belles interventions instrumentales, ressortent avant tout de cette interprétation les trois solistes vocaux.

    Peu aidé dans son premier air par un écrin orchestral trop peu extatique, Ludovic Tézier, la partition sous les yeux, semble perturbé par les nombreuses toux du public, asséchées seulement quand le baryton gagne en ampleur avec la splendide phrase « de corde totaliter ». Le contre-ténor Matthias Rexroth caricature tout à fait sa scène de la taverne, d’une voix de tête idéalement aigre. Jamais lyrique, il se retourne avec nervosité vers le chœur à chaque fois qu’il achève ses phrases, comme pour jouer totalement son rôle de cygne rôti. La partie de soprano trouve en Regula Mühlemann clarté et aigu cristallin avec la Maîtrise de Radio France et un splendide Ludovic Tézier dans Tempus est iocundum, et davantage de lumière encore dans les vocalises de Dulcissime.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 25/01/2024
    Vincent GUILLEMIN

    Concert du Chœur de Radio France et de l’Orchestre National de France sous la direction de Kazuki Yamada au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Albert Roussel (1869-1937)
    Bacchus et Ariane, suite n° 2
    Carl Orff (1895-1982)
    Carmina Burana
    Regula MĂĽhlemann, soprano
    Matthias Rexroth, contre-ténor
    Ludovic TĂ©zier, baryton
    Maîtrise de Radio France
    préparation : Marie-Noëlle Maerten
    Chœur de Radio France
    préparation : Martina Batič
    Orchestre National de France
    direction : Kazuki Yamada

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com