altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 21 juin 2024

Nouvelle production de Rusalka de DvoŇô√°k dans une mise en sc√®ne de Rodula Gaitanou et sous la direction de Giampaolo Bisanti √† l‚ÄôOp√©ra de Wallonie-Li√®ge.

Entre deux eaux
© J. Berger

Rodula Gaitanou signe √† l'Op√©ra Royal de Wallonie-Li√®ge une tr√®s sage mise en sc√®ne qui fait de l‚Äôondine Rusalka l'h√©ro√Įne d'une fable aust√®re et symboliste. Le plateau vocal brille par quelques individualit√©s sinon par le r√īle-titre de Corinne Winters, l√† o√Ļ la fosse plac√©e sous la direction de Giampaolo Bisanti demeure atone.
 

Opéra de Wallonie, Liège
Le 27/01/2024
David VERDIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'√©ternit√© et un jour

  • Orfeo rusticana

  • Visions cauchemardesques

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Depuis une bonne dizaine d'ann√©es, Rusalka conna√ģt un √©tonnant succ√®s, t√©moignage de la qualit√© d'une Ňďuvre dont on a trop longtemps cru qu'elle se r√©sumait √† son Hymne √† la lune et √† La Petite sir√®ne d'Andersen. Cette histoire d'amour impossible offre plusieurs grilles de lectures, dont la question d'un couple disparate et le sacrifice d'un √™tre r√©duit au silence pour pouvoir vivre cet amour. Ces pistes sont explor√©es par leur versant purement illustratif dans la mise en sc√®ne de Rodula Gaitanou qui permet √† l'ouvrage de faire son entr√©e au r√©pertoire de l'Op√©ra Royal de Wallonie-Li√®ge

    √Ä trop vouloir m√©nager des codes √©vidents, la sc√©nographie n'offre du drame de Jaroslav Kvapil qu'une approche sans grand relief, confin√©e dans des codes esth√©tiques d'un symbolisme tr√®s convenu. Un escalier √† vis s'√©l√®ve √† jardin illustre le passage du monde inf√©rieur des ondines √† la surface o√Ļ vivent les humains. Pour souligner le proc√©d√©, un large anneau dans la partie sup√©rieure descend pour d√©signer la margelle de la source o√Ļ vient s'abreuver le Prince, remonte vers les cintres sous la forme d'une galerie d'une salle de danse avant de finir sous la forme d'une vo√Ľte fissur√©e pour signifier le r√™ve bris√© de Rusalka.

    Les chor√©graphies de Gianni Santucci mettent en valeur les voiles vaporeux des nymphes contrastant avec les fracs noirs et les robes de soir√©e de la cour du Prince. Seule la sorci√®re JeŇĺibaba n'a pas droit √† un √©l√©ment de d√©cor mais √† un √©tonnant maquillage gothique quelque part entre la famille Addams et Frieda Kahlo. Rusalka appara√ģt derri√®re un rideau de strass, hi√©ratique et fig√©e dans sa version sir√®ne avec sa longue chevelure √† la M√©lisande. R√©duite √† une tragique calvitie au III, elle se balance dans son fauteuil √† bascule en attendant le retour du prince.

    Le plateau est domin√© par le timbre riche et opulent de Nino Surguladze (JeŇĺibaba) qui fait entendre un remarquable sens du phras√© et de la couleur. Le Prince d‚ÄôAnton Rositskiy ne manque pas de brio dans les aigus mais l'expression demeure absente, √† la diff√©rence d'Evgeny Stavinsky, excellent de ligne et de projection en Ondin.

    On avouera notre d√©ception en d√©couvrant la fa√ßon dont Corinne Winters durcit son √©mission, offrant du r√īle-titre un portrait psychologique monoligne et sans nuances. Jana Kurucov√° (la Princesse √©trang√®re) prend quelques risques dans les aigus, livrant un personnage v√©h√©ment et brut de d√©coffrage tandis que les seconds r√īles tirent brillamment leur √©pingle du jeu.

    La direction de Giampaolo Bisanti plombe aux entournures une partition qui exige de l'orchestre un réseau complexe de nuances et de rythmes. Sa battue rectiligne écrase les détails en exposant certains pupitres sans ménager la ligne mélodique.




    Opéra de Wallonie, Liège
    Le 27/01/2024
    David VERDIER

    Nouvelle production de Rusalka de DvoŇô√°k dans une mise en sc√®ne de Rodula Gaitanou et sous la direction de Giampaolo Bisanti √† l‚ÄôOp√©ra de Wallonie-Li√®ge.
    Anton√≠n DvoŇô√°k (1841-1904)
    Rusalka, opéra en trois actes (1901)
    Livret de Jaroslav Kvapil d’après des ballades tchèques traditionnelles de Karel Jaromir Erben

    ChŇďur et Orchestre de l‚ÄôOp√©ra Royal de Wallonie-Li√®ge
    direction : Giampaolo Bisanti
    mise en scène : Rodula Gaitanou
    décors et costumes : Cordelia Chisholm
    éclairages : Simon Corder
    chorégraphie : Gianni Santucci
    vidéos : Dick Straker

    Avec :
    Corinne Winters (Rusalka), Evgeny Stavinsky (Vodnik), Anton Rositskiy (Le Prince), Jana Kurucov√° (La Princesse √©trang√®re), Olesya Petrova (Jezibaba) JiŇô√≠ RajniŇ° (le Garde forestier), Hongni Wu (le Marmiton), Lucie KaŇąkov√° (Premi√®re nymphe), KateŇôina Hebelkov√° (Deuxi√®me nymphe), Sofia Janelidze (Troisi√®me nymphe), Alexander Marev (le Chasseur).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com