altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 juin 2024

Concert d’ouverture du festival Présences 2024 à la Maison de la Radio, Paris.

Steve Reich 2.0
© IMG Artists

Le premier concert du festival Présences 2024 montre comment, dans une certaine mesure, Steve Reich arrive aujourd’hui à proposer des pièces cohérentes avec son style tout en y apportant de nouvelles perspectives. La création est elle aussi à l’honneur avec deux pièces totalement antagonistes de deux jeunes compositrices.
 

Auditorium de la Maison de la Radio, Paris
Le 06/02/2024
Chloë ROUGE
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'éternité et un jour

  • Orfeo rusticana

  • Visions cauchemardesques

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Pour le concert d’ouverture de Présences 2024, le très nombreux public de l’auditorium de Radio France a entendu deux pièces du compositeur minimaliste américain : Jacob’s Ladder en création française et Reich/Richter de 2018. Pour ensemble et quatre chanteurs, la première pièce se fonde sur un texte en hébreu et des échelles diatoniques montantes et descendantes.

    Le reste du matériau reprend l’habituelle répétition de courtes cellules qui apportent la dynamique du morceau. Reich réussit à rafraîchir l’écoute avec des associations de timbre changeantes, les instruments rythmiques étant toujours doublés par un instrument mélodique. Les moments de déphasage, les changements d’échelles et de rythmique font passer la pièce par des états fluctuants qui ont en commun un côté mystique. Les voix, assez peu mobilisées par le compositeur, n’apportent pas grand-chose au discours musical tant elles se fondent avec les instrumentistes.

    Reich/Richter, qui tire son titre de l’influence et de la collaboration avec Gerhard Richter, est l’une des pièces les plus longues du compositeur, en dehors des opéras et de Drumming. La pièce ne s’écoute pas de la même façon que Jacob’s Ladder : une fois entré dans le son, on se laisse porter par la suavité du timbre des musiciens de l’Ensemble intercontemporain au gré des soufflets de nuances et des harmonies tourbillonnantes de Reich. La subtilité des musiciens, dirigés par George Jackson, grand habitué de la musique du compositeur américain, appelle le lâché prise.

    Au programme également, deux créations de compositrices. Héloïse Werner dévoile la pièce close-ups pour violon et soprano, dont elle interprète la partie de chant accompagnée d’Hae-Sun Kang. Dans ce voyage théâtral entre Ligeti et Aperghis qui aurait dû être créé pendant à Présences 2023, la compositrice fait vivre quatre protagonistes aux caractères opposés. Le comique de répétition et l’écriture versatile font de cette pièce un moment drôle qui questionne aussi l’écoute.

    Dans un tout autre esprit, Josephine Stephenson présente In time like air, une pièce en plusieurs mouvements qui peuvent faire penser à une musique de film. L’objectif semble être celui de la création d’atmosphères mystérieuses. Malgré quelques passages aux sonorités orchestrales intéressantes, la pièce n’arrive pas à se renouveler. On se questionne aussi sur l’utilité de deux pianos et surtout sur leur utilisation. Bien que le langage soit globalement tonal/modal, pourquoi inclure des passages emphatiques aux allures de Sibelius, totalement décalés ?




    Auditorium de la Maison de la Radio, Paris
    Le 06/02/2024
    Chloë ROUGE

    Concert d’ouverture du festival Présences 2024 à la Maison de la Radio, Paris.
    Josephine Stephenson (*1990)
    In time like air
    Steve Reich (*1936)
    Jacob’s Ladder, creation française
    Synergy Vocals
    Héloïse Werner (*1991)
    close-ups
    Héloïse Werner, chant
    Hae-Sun Kang, violon
    Steve Reich
    Reich/Richeter
    Ensemble Intercontemporain
    direction : George Jackson

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com