altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 14 juin 2024

Concert de l’Ensemble Intercontemporain sous la direction de Marzena Diakun à la Cité de la Musique, Paris.

Saariaho à l’honneur
© Eric Mahoudeau

Avec cinq pièces dont deux créations, le programme Ombres et Lumières de l’Ensemble Intercontemporain met en regard Saariaho et Levinas pour s’achever par une version augmentée de Theater of the Shadow de Durieux. La première œuvre trouve en Emmanuelle Ophèle une interprète idéale ; les autres partitions profitent de l’excellente direction de Marzena Diakun.
 

Cité de la Musique, Paris
Le 21/03/2024
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Connivence musicale

  • Du cĂ´tĂ© de chez Gaillardin

  • Le drĂ´le de rĂ©cital

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Kaija Saariaho est dĂ©cĂ©dĂ©e en 2023, mais la prĂ©sence de ses Ĺ“uvres sur de nombreuses scènes internationales montre l’importance de la compositrice, mise en avant par deux pièces dans le programme de l’Ensemble Intercontemporain. Ă€ la flĂ»te, Emmanuelle Ophèle introduit le concert dans la pĂ©nombre, et recrĂ©e par de grands souffles et des sons circulaires les Couleurs du vent recherchĂ©es par Saariaho. MalgrĂ© les toux, la concentration de l’artiste ne baisse jamais, et elle offre une prestation de rĂ©fĂ©rence dans ses modulations et les bribes de sons insĂ©rĂ©s dans l’embouchure de son instrument.

    En seconde partie, la compositrice est remise à l’honneur avec Semafor, écrit en 2020 pour huit instrumentistes, sous la direction extrêmement juste et précise de la cheffe polonaise Marzena Diakun. Lancée par de grands cris des bois, la partition se veut comme une bataille feutrée où les cordes, souvent en glissandi, tentent de prendre l’ascendant ou d’interrompre les stridulations des vents, sans jamais véritablement y parvenir.

    Auparavant, deux œuvres de Levinas font ressortir la technique d’écriture actuelle du compositeur, qui fêtera ses 75 ans dans moins d’un mois. Créées par l’EIC et Pierre Bleuse à Musica en septembre dernier, Les Voix ébranlées sont une magnifique construction basée sur une passacaille où les notes longues, ici voulues comme des larmes plutôt que de vrais cris, sont octaviées jusqu’à être enlacées dans un choral, qui constitue la deuxième section.

    D’un geste presque mystérieux, Diakun maintient la concentration du public à la fin de la pièce en bougeant encore la main gauche pendant près de trente secondes, comme pour diriger le silence. Donnée en création mondiale, Prière d’insérer garde la même démarche que Les Voix ébranlées, en sorte de thrène ou de lamentation, mais se montre redondante et met moins en valeur les sons électroniques provoqués par deux claviers sur scène relancés par le travail de Clément Marie.

    En clôture, la lumière stridente de Semafor laisse place à l’ombre d’une création de Frédéric Durieux, présent comme Levinas dans la salle. Version augmentée de Theater of the Shadow, écrite en hommage à Christian Boltanski, cette deuxième mouture permet de passer de treize solistes (du Grossman Ensemble de Chicago en 2021), à une vingtaine aujourd’hui. De douze minutes environ, elle fait alterner elle aussi des souffles aux bois et aux cordes avec des sons plus fugaces, notamment au piano ou à la harpe, cette dernière régulièrement touchées avec des lames pour glisser sur plusieurs cordes en même temps. Sans être très novatrice, cette partition achève avec cohérence la soirée, tenue d’une main de maître par Marzena Diakun.




    Cité de la Musique, Paris
    Le 21/03/2024
    Vincent GUILLEMIN

    Concert de l’Ensemble Intercontemporain sous la direction de Marzena Diakun à la Cité de la Musique, Paris.
    Kaija Saariaho (1952-2023)
    Couleurs du vent, pour flûte alto
    Emmanuelle Ophèle, flûte
    Semafor, pour huit instruments
    Lichaël Levinas (*1949)
    Les Voix ébranlées, pour ensemble
    Prière d’insérer, pour ensemble ; CM
    Frédéric Durieux (*1959)
    Theater of Shadow II - In Memoriam Christian Boltanski, pour ensemble
    Clément Marie, ingénieur son
    Ensemble Intercontemporain
    direction : Marzena Diakun

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com