altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 juin 2024

Concert de l’Orchestre philharmonique tchèque sous la direction de Semyon Bychkov, avec le concours du pianiste Bertrand Chamayou à la Philharmonie de Paris.

La fraîcheur d’un idiome
© Thomas Deschamps

L’Orchestre philharmonique tchèque et son directeur musical Semyon Bychkov ont donné deux programmes entièrement consacrés à la musique de Dvořák dont on célèbre les 120 ans de la mort. La seconde soirée a permis d’entendre le rare Concerto pour piano sous les doigts volubiles de Bertrand Chamayou avant une Symphonie n° 9 anthologique.
 

Philharmonie, Paris
Le 23/03/2024
Thomas DESCHAMPS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'Ă©ternitĂ© et un jour

  • Orfeo rusticana

  • Visions cauchemardesques

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Comme d’autres compositions de jeunesse de Dvořák, son Concerto pour piano offre une profusion mĂ©lodique extrĂŞme, jusqu’à donner un effet d’éparpillement. Ă€ ce premier dĂ©fi interprĂ©tatif s’ajoute un second tenant au rapport peu Ă©quilibrĂ© entre un orchestre gĂ©nĂ©reux et une partie de piano Ă  l’expression lumineuse assez proche de Mendelssohn. Bertrand Chamayou, qu’on n’attendait pas dans cette composition peu frĂ©quentĂ©e, montre une nouvelle fois son appĂ©tence pour la diversitĂ© de rĂ©pertoire et se rĂ©vèle l’homme de la situation. Sa sonoritĂ© brillante ne rencontre aucune difficultĂ© Ă  Ă©merger du massif orchestral, celui d’une Philharmonie tchèque sous ses plus beaux atours.

    Le discours fort nourri (dans la version originale de la partition) par le pianiste tisse un fil d’Ariane aux reflets superbes, tandis que la direction de Semyon Bychkov donne un large champ aux timbres enchanteurs de ses musiciens. En bis, Chamayou joue Bonne nuit ! extrait de Sur les sentiers broussailleux de Janáček. Son annonce de la dédicace à son confrère Maurizio Pollini provoque une réaction de stupeur d’une partie du public apprenant de ce fait la mort du grand artiste.

    Après l’entracte, la programmation ne prend aucun risque en proposant la Symphonie du Nouveau monde. La lecture qu’en donnent les Tchèques et Bychkov appartient sans surprise à la plus grande tradition que ce soit du point de vue des tempos que des phrasés. L’orchestre joue merveilleusement cet idiome avec une homogénéité parfaite des différents pupitres alors que brillent des solistes à l’éloquence poétique.

    Sans aucune raideur, y compris dans l’Allegro con fuoco, la direction de Bychkov trouve un équilibre miraculeux entre fluidité rythmique et ampleur des phrasés. Les développements apportés au thème initial générant l’ensemble de la symphonie retrouvent de cette manière une fraîcheur irrésistible. Deux bis, la Danse slave op. 72 n° 2 de Dvořák et la Danse hongroise n° 1 de Brahms, prolongent la fête avec des accents grisants à souhait.




    Philharmonie, Paris
    Le 23/03/2024
    Thomas DESCHAMPS

    Concert de l’Orchestre philharmonique tchèque sous la direction de Semyon Bychkov, avec le concours du pianiste Bertrand Chamayou à la Philharmonie de Paris.
    Antonín Dvořák (1841-1904)
    Concerto pour piano et orchestre en sol mineur, op. 33 (1876)
    Bertrand Chamayou, piano
    Symphonie n° 9 en mi mineur op. 95, « du Nouveau monde Â» (1893)
    Orchestre philharmonique tchèque
    direction : Semyon Bychkov

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com