altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 août 2018

Création de l'opéra Mille ans sont comme un jour dans le cielde Dominique Lièvre à Avignon.

Un millénaire sur les chapeaux de roue
© Opéra d

En matière d'opéra, les créations ne sont pas si fréquentes. Avec Mille ans sont comme un jour dans le cielde Dominique Lièvre, Avignon vient de prouver que la province a aussi sa note à dire; d'autant que entre humour, philosophie et sociologie, le livret d'Hubert Nyssen fournit un argument que Mac Luhan n'aurait dédaigné.
 

Opéra-Théâtre, Avignon
Le 26/11/2000
Mathias HEIZMANN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2018 (2) : Affreux, sales et méchants

  • Salzbourg 2018 (1) : Justice pour Josef K.

  • Bayreuth 2018 (2) : Libellules sous haute tension

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Depuis Mozart, chacun sait que légèreté ne signifie pas forcément futilité. L'opéra, pour peu qu'il veuille agir sur d'autres leviers que les sentiments primaires, doit sans doute interroger la société et agir en miroir des préoccupations du temps : c'est ce que Mille ans sont comme un jour dans le ciel propose, même si l'aspect ludique de ce conte fantastique prédomine.

    Sa thématique centrale a tout d'une interrogation inquiète. La mémoire du millénaire, c'est-à-dire sa culture et ses oeuvres, pourrait-elle dépendre des médias ou de leurs représentants ? Dans la féerie d'Hubert Nyssen, ce sont les deux gagnants du jeu la Roue de la fortune qui en décideront ! Le reste de l'humanité, semble-t-on nous dire, n'a plus le pouvoir de calmer les craintes de Jacques le Fataliste : "si la mort par cent façons guette les vivant, l'oubli menace les imaginaires."


    Mais les contes, fussent-ils pour adultes, ne peuvent se réduire à une somme d'interrogations et les personnages de la pièce, arrachés à leurs pages et désormais présents sur scène, sont bien plus que des machines à philosopher : ils sont la base d'une oeuvre théâtrale qui intègre la musique comme élément dramatique. De ce point de vue, Mille ans sont comme un jour dans le ciel a beaucoup à voir avec L'enfant et les sortilèges de Ravel, même si le théâtre prend ici plus d'importance.

    La musique, sorte de patchwork grandement tonal intégrant "un matériau issu de mille ans d'histoire"(1), est conçue pour faciliter la transition entre le texte dit et chanté : son efficacité en la matière relègue au second plan toute critique formelle. L'oeuvre d'ailleurs s'imagine mal piégée sous le faisceau d'un lecteur laser : le théâtre est fait pour être représenté et Mille ans sont comme un jour dans le ciel, là encore, a rempli toutes les attentes.

    Les décors tout d'abord suggèrent parfaitement la féerie. Le Peter Pan de Loisel n'est pas loin et les éléments semblent empruntés à ces livres d'enfants qui déploient, au détour d'une page, quelques châteaux hantés. Mais plus encore, c'est la mise en scène et la direction d'acteur qui frappe par son efficacité. Chacun remplit son rôle à merveille, au point qu'on hésite ici à avouer de secrètes préférences pour Jacques le fataliste, Isolt et Achab. La complicité qui règne sur le plateau fait oublier les rares problèmes d'élocution et enterre au passage les fantasmes de performance vocale qu'on peut encore, ici ou là, voir ressurgir. L'art vivant, c'est clair, prête à la tolérance.

    (1) dixit Dominique lièvre




    Opéra-Théâtre, Avignon
    Le 26/11/2000
    Mathias HEIZMANN

    Création de l'opéra Mille ans sont comme un jour dans le cielde Dominique Lièvre à Avignon.
    Mille ans sont comme un jour dans le ciel. Opéra bouffe en un acte. Livret d'Hubert Nyssen. Musique de Dominique Lièvre. Commande de l'État. Création mondiale donnée à l'Opéra Théâtre d'Avignon le dimanche 26 et le mardi 28 novembre dans le cadre "d'Avignon, ville européenne de la culture en l'an 2000".

    Orchestre Lyrique de Région Avignon-Provence dirigé par François-Xavier Bilger
    Études musicales : Florence Goyon
    Mise en scène/scénographie : Lionel Parlier
    Costumes : Marie-Pierre Morel Lab
    Éclairage : Noël Lemaître

    Millena : Anne-Marguerite Werster
    Millenus : Florian Laconi
    Achab : Jean-François Vinciguerra
    Jacques le Fataliste : Cgristophe Laporte

    Les Parques :
    Lac : Véronique Malet
    Clo : Christine Labadens
    Astro : Anna Agathonos

    Les imaginaires :
    Le juif Errant/Roméo : Étienne Lescroart
    Don Juan : Bernard Imbert
    Robinson Crusoë/Alexis Ivanovitch : Patrick Aliotte-Roux
    Carmen : Violeta Poleksic
    Quasimodo/Falstaff : Christian Nadelet
    Faust : Olivier Heyte
    Iseult : Jacqui Lynn Fidlar

    Solistes Maîtrisiens : Cloée Lanzafame, Marie Lanzafame, Loreline Mione, Vincent Conil, Jérémie Esperret, Loïc Tassery.
    Avec la participation des choeurs d'enfants des collèges Joseph Vernet, Anselme Mathieu et du lycée Frédéric Mistral. Direction : Géraldine Berwick et Benoît Dechambre.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com