altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 juin 2024

Symphonie n° 8 de Bruckner par l’Orchestre de Paris sous la direction de Herbert Blomstedt à la Philharmonie de Paris.

Printemps tardif
© Thomas Deschamps

Le plus vieux et le plus résiliant des chefs en activité, Herbert Blomstedt, 96 ans, est de retour à la Philharmonie de Paris pour une Symphonie n° 8 de Bruckner jamais alanguie ou brumeuse, mais au contraire pleine de vie et de simplicité. Les musiciens de l’Orchestre de Paris donnent leur maximum dans une performance irradiante.
 

Philharmonie, Paris
Le 24/04/2024
Thomas DESCHAMPS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Visions cauchemardesques

  • Così en concert

  • Connivence musicale

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Ă€ l’annonce, en dĂ©cembre dernier, d’une nouvelle chute du chef Herbert Blomstedt le forçant Ă  annuler tous ses concerts jusqu’à nouvel ordre, on a craint de ne jamais le rĂ©entendre. La bonne nouvelle de la reprise des activitĂ©s du nonagĂ©naire en ce dĂ©but de mois s’est accompagnĂ©e d’une interrogation : de retour, oui, mais avec quelles capacitĂ©s ? Et puis, dès le premier service de rĂ©pĂ©tition avec les musiciens de l’Orchestre de Paris, le bruit s’est rĂ©pandu qu’il ne lâchait rien, remettant sur le mĂ©tier comme au premier jour cette Symphonie n° 8 de Bruckner qu’il connaĂ®t si bien et qu’il avait dĂ©jĂ  donnĂ©e avec les forces parisiennes Ă  la Brucknerfest de Linz en 2012.

    Ce soir, alors que le public s’installe progressivement dans la salle Pierre Boulez, le premier violoncelle solo de l’orchestre, Éric Picard, travaille ses traits seul sur la scène. La tension est palpable lorsque vingt minutes plus tard, Blomstedt entre au bras du premier violon invité pour s’asseoir avec précaution sur le banc disposé face aux musiciens. De fait, l’attaque de l’Allegro moderato surprend par sa verdeur et son allant. Le trémolo des violons sonne nerveux et les cuivres se montrent presque précautionneux.

    Progressivement, l’unité se fait. Par ses gestes clairs qui ne manquent jamais de donner les entrées, le chef construit avec ses musiciens une vision non pas écrasante mais implacable jusqu’à son évanouissement, puisque c’est l’habituelle version révisée de 1890 qui est donnée, débarrassée de la redondante coda fortissimo que le compositeur avait initialement conçue en 1887. Le Scherzo sans lourdeur ne cède rien, d’une superbe accroche comme un bois gravé ancien, et en son sein le Trio avec les arpèges des trois harpes d’une qualité presque surnaturelle sonne comme un rêve fugitif et inaccessible.

    La soirée bascule avec l’immense Adagio, presque une symphonie dans la symphonie. Respectant l’indication doch nicht schleppend, Blomstedt veille à ne pas traîner mais laisse éclore l’orchestre avec une délicatesse bouleversante. Il n’y a ici aucun pathos, juste une simplicité désarmante dont le secret est peut-être une maîtrise exceptionnelle de la dynamique et de la balance orchestrales. Dans les tutti, l’orchestre parvient à un état de fusion idéal. Les cantilènes successives montrent une intégration parfaite à l’ensemble, comme l’arrivée du second thème aux violoncelles sur fond de sfumato aux cuivres.

    Cet état de grâce se poursuit dans le Finale. D’une articulation rythmique impeccable tant le timbalier semble connecté au chef, ce récapitulatif génial des mouvements précédents atteint une force d’évocation maximale servie par la douceur des cordes, le fruité de la petite harmonie et des cuivres en pâmoison. Plus que jamais la coda sonne comme un condensé de vie. L’ut majeur conclusif apporte la réconciliation qui se prolonge par un long silence dans la salle. À 96 printemps, Herbert Blomstedt montre que l’expérience, pour un chef, c’est aussi savoir donner la liberté aux musiciens pour une floraison maximale.




    Philharmonie, Paris
    Le 24/04/2024
    Thomas DESCHAMPS

    Symphonie n° 8 de Bruckner par l’Orchestre de Paris sous la direction de Herbert Blomstedt à la Philharmonie de Paris.
    Anton Bruckner (1824-1896)
    Symphonie n° 8 en ut mineur, A. 117
    Version révisée de 1890
    Orchestre de Paris
    direction : Herbert Blomstedt

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com