altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 14 juin 2024

Nouvelle production de Don Quichotte de Massenet dans une mise en scène de Damiano Michieletto et sous la direction de Patrick Fournillier à l’Opéra national de Paris.

Chevalier malade
© Emilie Brouchon

Travail habile mais pour autant peu passionnant, le Quichotte mis en scène par Michieletto cherche avant tout à s’accommoder des contraintes de Bastille. Dans le rôle-titre, le vigoureux Christian Van Horn peine à convaincre de son état de poète névrosé. C’est la direction stylée et vivante de Patrick Fournillier qui apporte un bonheur sans mélange.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 10/05/2024
Thomas DESCHAMPS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Du cĂ´tĂ© de chez Gaillardin

  • Le drĂ´le de rĂ©cital

  • Diriger n’est pas jouer

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Programmer Don Quichotte de Massenet Ă  Bastille, mĂŞme si cela a Ă©tĂ© dĂ©jĂ  fait, n’est pas sans risque pour de multiples raisons. Cet opĂ©ra pour l’essentiel intimiste a tendance Ă  se perdre dans le cadre immense de la scène. Son livret maladroit mais souvent touchant demande Ă  la mise en scène beaucoup de dĂ©licatesse. Sa prosodie malaisĂ©e demande beaucoup d’efforts aux chanteurs. La nouvelle production prĂ©sentĂ©e par l’OpĂ©ra de Paris ne rĂ©pond que partiellement Ă  ces exigences.

    Le metteur en scène Damiano Michieletto qui connaît bien la maison parisienne restreint le cadre à un appartement épuré dont le cadre ne s’ouvre qu’occasionnellement. Un décor qui renvoie le plus efficacement possible les voix vers la salle et offre sans doute une certaine lisibilité jusqu’aux derniers rangs du public. Son propos reste simple en présentant Quichotte comme un écrivain hanté par ses démons et son amour déçu pour Dulcinée. Le passage de la réalité aux névroses du héros s’effectue avec une belle fluidité, les personnages le harcelant sortent et disparaissent par des interstices invisibles dans les murs, depuis le tapis ou le canapé.

    Les silhouettes d’encre noir des harpies figurent des personnages emblématiques de l’Espagne comme des Sévillanes ou des matadors mais l’ambiance ibère ressort aussi d’un travail très minutieux dans le choix des costumes des protagonistes et des choristes. Pour le reste, le propos scénique n’évite pas la répétition, l’irruption de vidéos cherchant à apporter un peu de variété visuelle et une direction d’acteur pas toujours nuancée. À grande force de verres d’alcool et de médicaments, l’écrivain meurt d’épuisement.

    On le sait, Christian Van Horn n’était pas le premier choix pour le rôle-titre. Son timbre charbonneux qui le fait demander pour les rôles de méchant dans l’opéra français n’est pas ici un avantage. On souhaiterait plus de couleurs, plus de legato, plus de lumière pour évoquer son amour et ses désillusions, et aussi une prononciation plus intelligible. Il n’est malheureusement pas le seul à être peu compréhensible car le chant opulent de la Dulcinée de Gäelle Arquez nécessite aussi de lire les surtitres.

    Étienne Dupuis fait un Sancho efficace dans son immédiateté, et les petits rôles sont dans l’ensemble bien tenus. Grand spécialiste du compositeur, Patrick Fournillier montre depuis la fosse un admirable sens des proportions. Sous sa direction, l’Orchestre de l’Opéra enchante l’oreille avec des couleurs parfaitement dosées, procurant une animation et, finalement, une émotion qui manquent sans doute ailleurs.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 10/05/2024
    Thomas DESCHAMPS

    Nouvelle production de Don Quichotte de Massenet dans une mise en scène de Damiano Michieletto et sous la direction de Patrick Fournillier à l’Opéra national de Paris.
    Jules Massenet (1842-1912)
    Don Quichotte, comédie héroïque en cinq actes (1910)
    Livret d’Henri Cain d’après Jacques Le Lorrain et Miguel de Cervantès

    Chœurs et Orchestre de l’Opéra national de Paris
    direction : Patrick Fournillier
    mise en scène : Damiano Michieletto
    décors : Paolo Fantin
    costumes : Agostino Cavalca
    Ă©clairages : Alessandro Carletti
    préparation des chœurs : Ching-Lien Wu

    Avec :
    Christian Van Horn (Don Quichotte), Étienne Dupuis (Sancho), Gaëlle Arquez (La belle Dulcinée), Emy Gazelles (Pedro), Marine Chagnon (Garcias), Samy Camps (Rodriguez), Nicholas Jones (Juan).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com