altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 14 juin 2024

Nouvelle production de La Walkyrie de Wagner dans une mise en scène d’Andreas Homoki et sous la direction de Gianandrea Noseda à l’Opéra de de Zurich.

Classe et classique
© Monika Rittershaus

Walkyrie proche de l’idéal à Zurich où domine la Brünnhilde ardente Camilla Nylund dans une vision scénique sobre et de bon goût mais tendue par une direction d’acteurs affûtée. Gianandrea Noseda réussit la quadrature du cercle avec une baguette claire et puissante, parfaitement à l’écoute des chanteurs, grâce à un orchestre somptueux.
 

Opernhaus, ZĂĽrich
Le 20/05/2024
Pierre-Emmanuel LEPHAY
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Du cĂ´tĂ© de chez Gaillardin

  • Le drĂ´le de rĂ©cital

  • Diriger n’est pas jouer

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Il est heureux que des camĂ©ras soient dans la salle pour les deux cycles complets car avec cette Walkyrie, le Ring de l’OpĂ©ra de Zurich confirme une très haute tenue. Certes, Andreas Homoki ne bouleversera pas l’histoire de la mise en scène wagnĂ©rienne. On a vu plus interpellant et provocant. Pour autant, la somptueuse esthĂ©tique (rapelant les dĂ©cors de Peduzzi pour ChĂ©reau), la beautĂ© de la direction d’acteurs et de quelques idĂ©es fortes parviennent Ă  captiver l’œil sinon l’esprit.

    On retiendra donc ici la scène finale particulièrement forte quand Wotan s’effondre sous la douleur de la séparation à venir avec Brünnhilde, la dispute conjugale avec Fricka telle une scène de Feydeau, les inquiétants sbires de Hunding, la tournette toujours superbement éclairée ou le décor s’ouvrant sur une forêt enneigée à la fin du I. L’investissement des chanteurs parachève cette vision léchée mais très vivante.

    Le bonheur visuel est d’autant plus fort qu’il est relayĂ© par une distribution impeccable jusque dans ses huit Walkyries. Claudia Manhke affiche en Fricka un matĂ©riau ample et mordant Ă  la fois, convenant Ă  merveille Ă  la conception assez boulevardière d’Homoki. Le Hunding de Christof Fischesser est particulièrement somptueux – bien qu’en coulisse Ă  la fin du II –, tout comme le Siegmund d’Eric Cutler, en pleine ascension mĂ©ritĂ©e. La voix est belle, puissante, solide sur tous les registres, avec un grave est très charnu, et le chanteur stylĂ©. En Sieglinde, Daniela Köhler marque Ă©galement par un soprano lyrique loin des « oies blondes Â» qu’on a souvent entendu ailleurs. Aucune mièvrerie mais un chant incarnĂ© de toute beautĂ©.

    Tomasz Konieczny assure tout le Ring pour les deux séries son engagement sans bornes reste impressionnant. Les qualités du chanteur le disputent à celles de l’acteur (quel maniement de la lance !). Le timbre, clair, un peu nasal, manque certes d’une assise plus prononcée, mais la probité et la clarté de la ligne, l’émotion insufflée à une conception très humaine emportent l’adhésion. Enfin, notre cœur chavire totalement devant la Brünnhilde de Camilla Nylund, aussi passionnante que dans Siegfried et Crépuscule des dieux. La beauté de l’actrice, le feu dans la voix (d’une solidité inaltérable et aux aigus irradiants), l’incarnation ardente, tout est renversant.

    Gianandrea Noseda offre un Wagner toujours aussi clair, dramatique et puissant, veillant remarquablement à l’équilibre fosse-scène, qui parvient à garder la tension palpable même en retenant l’orchestre – une donnée indispensable dans un si petit théâtre avec une fosse très ouverte. Il réussit particulièrement à rendre excitants la fin du I ou tout le début du III, l’agitation ne devenant jamais désordre, et peut compter sur un Philharmonia Zürich somptueux où dominent des vents d’une perfection impressionnante.




    Opernhaus, ZĂĽrich
    Le 20/05/2024
    Pierre-Emmanuel LEPHAY

    Nouvelle production de La Walkyrie de Wagner dans une mise en scène d’Andreas Homoki et sous la direction de Gianandrea Noseda à l’Opéra de de Zurich.
    Richard Wagner (1813-1883)
    Die Walküre, Première journée du festival scénique Der Ring des Nibelungen (1870)
    Livret du compositeur

    Philharmonia ZĂĽrich
    direction : Gianandrea Noseda
    mise en scène : Andreas Homoki
    scénographie : Christian Schmidt
    Ă©clairages : Franck Evin

    Avec :
    Eric Cutler (Siegmund), Daniela Köhler (Sieglinde), Tomasz Konieczny (Wotan), Cristof Fischesser (Hunding), Camilla Nylund (Brünnhilde), Claudia Mahnke (Fricka), Sarah Cambidge (Helmwige), Barbara Senator (Ortlinde), Ann-Kathrin Niemczyk (Gerhilde), Anna Werle (Waltraute), Simone McIntosh (Siegrune), Siena Licht Miller (Rossweisse), Michal Doron (Grimgerde), Noa Beinart (Schwertleite).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com