altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 15 juillet 2024

Nouvelle production d’Armide de Lully dans une mise en scène de Lilo Baur et sous la direction de Christophe Rousset à l’Opéra Comique, Paris.

La rose flétrie de Damas
© S. Brion

Comme essorée à l’aune de supposées restrictions budgétaires, le retour de la mise en scène de Lilo Baur de l’Armide de Quinault, cette fois dans la mise en musique de Lully, consterne et pousse certains chanteurs à un excès d’expressivité. D’excellents petits rôles et la direction sensible de Christophe Rousset sauvent l’entreprise.
 

Opéra Comique - Salle Favart, Paris
Le 19/06/2024
Thomas DESCHAMPS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • La rose flĂ©trie de Damas

  • L'Ă©ternitĂ© et un jour

  • Orfeo rusticana

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • OĂą est passĂ©e la mise en scène de Lilo Baur ? Pour rappel, il Ă©tait prĂ©vu que cette Armide de Lully soit produite avec les mĂŞmes dĂ©cors et costumes que l’Armide de Gluck prĂ©sentĂ©e dans la mĂŞme salle Ă  l’automne 2022, dont nous avions rendu compte dans ces colonnes. Du prologue Ă  la gloire du souverain qui n’existe bien entendu que chez Lully, Baur ne fait rien qu’une simple mise en espace devant un rideau de scène annonçant davantage une revue musicale qu’un drame hĂ©roĂŻque. Ledit rideau se divise pour figurer Damas en lieu et place des moucharabiehs de 2022.

    Rapidement le rideau tombe tel des morceaux de couvertures de survie au pied de l’arbre que nous retrouvons dans l’état où il se trouvait à la fin de l’opéra de Gluck, c’est-à-dire mort, sans une feuille et devant la toile peinte d’un couchant dramatique. Exit donc les attraits des jardins d’Armide d’autant que les costumes de cuir et de paille ont été remisés et que les choristes et danseurs sont à présent vêtus de tee-shirts Zara, noirs bien évidemment.

    Cet état de désolation ne connaît que quelques variations au fil des actes. L’ingénuité rafraîchissante de la production s’étiole pour laisser le sentiment d’une complète errance scénographique que les chorégraphies simplistes n’aident guère. Dans ce contexte singulièrement appauvri, le verbe des chanteurs, déjà essentiel à l’art du récitatif et de l’arioso lullistes, devient notre refuge.

    Dans le rôle-titre, la très fébrile Ambroisine Bré en maîtrise les principales caractéristiques mais sa prestation souffre d’un manque de nuances et peine du coup à maintenir l’intérêt. Trop souvent tonitruant dans cette acoustique pourtant facile, Cyrille Dubois fait un Renaud à l’excellente diction, plus trompetant qu’amoureux. Dans leur duo du dernier acte, les deux chanteurs trouvent pourtant un équilibre beaucoup plus musical. Du court rôle d’Hidraot, Edwin Crossley-Mercer tire le maximum entre beauté du timbre et élégance de la ligne.

    Les autres rôles n’appellent eux aussi que des compliments, à l’instar de ceux tenus par le très stylé Enguerrand de Hys ou de ceux portés par le prometteur Lysandre Châlon. Mais le plus beau moment de la soirée vient avec Les Plaisirs ont choisi pour asile où les chœurs magnifiquement articulés et l’amant fortuné chanté avec simplicité et grâce par le jeune membre de l’Académie de l’Opéra Comique, Abel Zamora, font un instant oublier la scène désolée.

    Dans la fosse sans perdre un instant le plateau, Christophe Rousset, à la tête d’un orchestre à l’éloquence constamment renouvelée, partage avec bonheur connaissance et amour de cette musique.




    Opéra Comique - Salle Favart, Paris
    Le 19/06/2024
    Thomas DESCHAMPS

    Nouvelle production d’Armide de Lully dans une mise en scène de Lilo Baur et sous la direction de Christophe Rousset à l’Opéra Comique, Paris.
    Jean-Baptiste Lully (1632-1687)
    Armide, tragédie en musique en cinq actes et un prologue (1686)
    Livret de Philippe Quinault d’après La Jérusalem délivrée du Tasse

    Chœur Les Éléments
    Orchestre Les Talens Lyriques
    direction : Christophe Rousset
    mise en scène : Lilo Baur
    décors : Bruno de Lavenère
    costumes : Alain Blanchot
    Ă©clairages : Laurent Castaingt
    chorégraphie : Claudiá de Serpa Soares

    Avec :
    Amboisine Bré (Armide), Cyrille Dubois (Renaud), Edwin Crossley-Mercer (Hidraot), Anas Séguin (La haine), Lysandre Châlon (Aronte / Ubalde), Enguerrand de Hys (Artémidore / Le chevalier danois), Florie Valiquette (Sidonie / Mélisse / une bergère), Apolline Raï-Westphal (Phénice / Lucinde / Plaisir / une naïade), Abel Zamora (L’amant fortuné).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com