altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 06 juillet 2020

Concert de l'Orchestre des Concerts Lamoureux au Théâtre des Champs-Élysées.

Le devoir conjugal des Lamoureux

Dimanche 26 novembre, l'Orchestre des Concerts Lamoureux et son chef Marco Parisotto ont fait salle comble au Théâtre des Champs-Élysées. Plantureux, le programme réunissait Schubert, Mozart et Stravinsky ; mais en guise de déclaration brûlante, ces derniers n'ont eu le droit qu'aux joies hésitantes du devoir conjugal.

 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 26/11/2000
Mathias HEIZMANN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Réouverture

  • Des ténèbres à la lumière

  • Réchauffement climatique

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • La mariée était trop belle : programme varié — Huitième symphonie de Schubert, Symphonie concertante pour violon et alto de Mozart et Symphonie en trois mouvements de Stravinsky — et invités de marque — la violoniste Bernadette Gardey et l'altiste Bruno Pasquier, — il y avait là de quoi emporter les faveurs du public.

    Mais fallait-il pour autant aborder les oeuvres avec la désinvolture des conquêtes faciles ? Sans doute pas. Car l'orchestre a beau afficher de belles qualités d'ensemble, cela ne suffit pas à transformer une honnête prestation en moment de grâce.

    Tout n'avait pas si mal commencé. Schubert ne manquait pas de ligne, le son ample de l'orchestre faisait oublier l'imprécision de certaines attaques, Marco Parisotto, flegmatique et gracieux, menait son affaire avec souplesse. On attendait Mozart avec une pointe d'inquiétude, rassuré pourtant par la présence des solistes qui allait, c'est sûr, produire quelques miracles.

    Mais il aurait fallu pour cela qu'ils se lancent dans la bataille avec enthousiasme et jubilation. Or, si le jeu de Bernadette Gardey montra bien de telles qualités, celui de Bruno Pasquier, totalement désincarné, acheva de rendre ce Mozart étrangement plat. Marco Parisotto, de son côté, joua les prestidigitateurs en noyant la rhétorique de Mozart dans un magma intemporel ; l'affaire était décidément assez mal engagée.

    L'opération de trompe l'œil se poursuivit dans Stravinsky : une dramaturgie réduite à sa plus simple expression, un orchestre tout en puissance jouant sans tension apparente, des effets de masse pour compenser l'absence d'engagement individuel, bref de quoi lasser les coeurs les plus ardents.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 26/11/2000
    Mathias HEIZMANN

    Concert de l'Orchestre des Concerts Lamoureux au Théâtre des Champs-Élysées.
    Orchestre des concerts Lamoureux, Théâtre des Champs-Élysées.
    Violon, Bernadette Gardey. Alto, Bruno Pasquier. Direction, Marco Parisotto.
    Schubert : huitième symphonie, Mozart : Symphonie concertante pour violon et alto, Stravinsky : Symphonie en trois mouvements.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com