altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 10 décembre 2019

Concert de l'Ensemble Orchestral de Paris et Nelson Freire au Théâtre des Champs-Élysées.

Un orchestre bientôt Capitale
© Eric Sebbag

La comparaison entre l'Academy of Saint Martin in the Fields et l'Ensemble Orchestral de Paris aurait-elle, voici seulement dix ans, tourné au bénéfice du second ? Il est permis d'en douter. Or, les deux viennent de jouer à Paris et si l'Academy était l'ombre d'elle-même, l'Ensemble Orchestral a fait preuve d'une belle vitalité.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 29/11/2000
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Demi-fresque

  • Mort à Munich

  • Carnage light

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Souvent mis en cause parce qu'il se place difficilement entre l'Ensemble Intercontemporain et les orchestres baroques, l'Ensemble Orchestral de Paris semble trouver aujourd'hui un équilibre et être en mesure de servir un répertoire varié à un niveau appréciable, même s'il n'est pas encore égal à celui de l'Academy des débuts. Les Cinq pièces pour orchestre de Philippe Hersant ouvraient ce concert. Créées en 1998, elles sont très significatives d'une écriture contemporaine qui depuis une bonne dizaine d'années au moins s'est défaite de la terreur sérielle et ose oeuvrer comme il lui plaît. Hersant emploie avec maîtrise les timbres de l'orchestre, sait varier la dynamique et les couleurs et ces pages ont un impact indéniable.

    Soliste du concerto n° 9 KV 271 de Mozart, Nelson Freire est toujours un fabuleux musicien et un pianiste extrêmement attachant. Le toucher comme le phrasé sont si raffinés et bien en place que l'on pénètre au coeur même de ce concerto qui est non seulement l'un des plus connus mais l'un des plus complexes de Mozart. Du charme, un peu de nostalgie, un rien d'agressivité furtive, beaucoup de poésie et une vitalité un peu distanciée, tout cela surgit comme par magie sous les doigts de Freire bien secondé par l'orchestre. Le chef Gilbert Varga a ensuite dirigé la symphonie n° 103 de Haydn sans inspiration débordante mais avec un métier très sûr.

    Nelson Freire




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 29/11/2000
    Gérard MANNONI

    Concert de l'Ensemble Orchestral de Paris et Nelson Freire au Théâtre des Champs-Élysées.
    Ensemble Orchestral de Paris
    Hersant, Mozart, Haydn
    Nelson Freire, piano
    Gilbert Varga, direction

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com