altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 10 décembre 2019

Concert des lauréats des Avant-scènes au Conservatoire de Paris" au Théâtre des Bouffes du Nord.

Rachmaninov jonglé

Le Théâtre des Bouffes du Nord accueillait lundi 4 décembre les heureux lauréats des "Avant-scènes du Conservatoire de Paris" accompagné par le Nouvel Ensemble Instrumental du Conservatoire. La pianiste chinoise Ying Feng s'est imposée d'emblée comme un talent à ne pas perdre de l'ouïe.
 

Théâtre des Bouffes du Nord, Paris
Le 04/12/2000
Mathias HEIZMANN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Demi-fresque

  • Mort à Munich

  • Carnage light

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Il y avait foule ce soir-là : une salle presque pleine, des spectateurs attentifs, heureux somme toute de jouer les découvreurs. Pourquoi le cacher d'ailleurs, la même excitation avait fini par me gagner : le programme varié sans doute et le sentiment d'un foisonnement qui, une fois pour toutes, allait démentir l'idée de mort programmée de la musique classique.

    L'ouverture pourtant ne fut pas du meilleur cru : La Romance pour violon de Beethoven offrait pourtant un terrain de jeu assez séduisant. Mais quelque part entre timidité et démonstration, Asuka Sezaki sembla vouloir démontrer un savoir-faire que nul, probablement, ne cherchait à lui contester. L'orchestre de son côté, discipliné à l'extrême, se contenta de suivre les gestes précis du chef au lieu de se laisser aller au plaisir de l'écoute.

    Le concerto pour hautbois de Bernd Alois Zimmerman, fut d'une autre teneur. L'intensité du jeu de Nora Cismondi, parfaitement en phase avec la densité de l'oeuvre, oscilla entre tragique et violence : une lecture inquiète en tout point passionnante.

    Restait le Troisième concerto de Rachmaninov, moment attendu s'il en est puisque la jeune pianiste Ying Feng était précédée d'une réputation flatteuse. Ce fut effectivement un moment de grâce. Il y eut d'abord ce son, d'une incroyable intensité : non pas un pur effet sonore comme on l'entend parfois, mais le résultat d'un investissement particulier où Ying Feng, c'est évident, accorde une égale importance aux détails, consciente sans doute que dans une oeuvre d'art, la partie renvoie forcément au tout.

    Et si dans ces premières mesures, on percevait déjà l'oeuvre à venir, son déroulement effectif allait remplir toutes les attentes. D'abord parce que Ying Feng s'accorde, dans les moments les plus périlleux, un plaisir de jongleuse : chaque phrase, chaque trait deviennent autant d'objets attractifs qu'elle se plaît à manipuler. Ensuite parce qu'elle possède un sens de la construction que l'on ne trouve que chez les plus grands interprètes. Enfin parce qu'elle possède une sensualité particulière, un sens de l'intime qu'on rencontre rarement dans ce répertoire triomphant. Ainsi traité, ce Troisième concerto de Rachmaninov, avait tout d'une oeuvre nouvelle.




    Théâtre des Bouffes du Nord, Paris
    Le 04/12/2000
    Mathias HEIZMANN

    Concert des lauréats des Avant-scènes au Conservatoire de Paris" au Théâtre des Bouffes du Nord.
    Beethoven : Romance pour violon. (Asuka Sezaki)
    Berns Alois Zimmerman : concerto pour hautbois. (Nora Cismondi)
    Rachmaninov : Troisième concerto pour piano. (Ying Feng)

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com