altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 septembre 2019

Les Puritains de Bellini à l'Opéra de Nantes.

Des Puritains somnambules
© Vincent Jacques

En coproduction avec le Théâtre de Bienne (Suisse), l'Opéra Graslin de Nantes a présenté en ce mois de décembre une nouvelle production des Puritains de Vincenzo Bellini. Malgré le fond crépusculaire, morbide et agité de la partition, la mise en scène de Tim Coleman a misé sur une sobriété qui s'est révélée de bon aloi.
 

Opéra Graslin, Nantes
Le 19/12/2000
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Violetta et ses followers

  • Vieux prĂŞtre d’IsraĂ«l

  • Salzbourg 2019 (8) : Et puis s’en va…

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Aucune recherche outrancière dans cette belle production de Tim Coleman, ni dans le sens d'une excessive volontĂ© historique, ni dans celui d'une modernisation Ă  tout prix. Ce drame sentimental Ă  fin heureuse se dĂ©roule dans un monde oĂą l'on n'exprime pas trop ses passions, sauf lorsqu'elles tournent Ă  la dĂ©raison.

    Et même là, point de bras tordus et de visages grimaçants. Plutôt une errance semi- somnambulique, plus proche justement de celle de La Somnambule et que celle traditionnellement attribuée à Lucia. Chez les Puritains de Cromwell, on ne s'épanche pas trop, on porte des cols stricts et les cheveux courts.

    Pas comme chez les Stuart dont Arturo est un typique représentant, avec sa chemise en dentelle et ses blonds cheveux longs. Un monde bien campé pour cet univers assez manichéen mais où tous finissent par se réconcilier.

    Apparemment aussi, on chante beaucoup mieux chez les Puritains que chez les Stuart. Elvira, c'est une ravissante et jeune russe, Eteri Lamoris, voix encore un peu verte mais superbe de timbre et d'aisance sur toute la tessiture. Un très bel avenir suivra ce magnifique présent.

    Son amoureux puritain éconduit a la belle voix solide du baryton Stephen Gadd. Mais elle préfère les mèches blondes et la belle stature d'Arturo Talbot, un joli Stuart qui chante très mal, avec plein de coups de glotte tout le temps, un timbre ingrat et des aigus désastreux, même s'il est peu de ténors actuels capables de faire un contre-ré. Il est américain et s'appelle Neal Harrelson.

    À oublier très vite, sauf pour un film, avec la voix de quelqu'un d'autre ! Malgré lui, on a pu "jouir" de Puritains de très bonne tenue.




    Opéra Graslin, Nantes
    Le 19/12/2000
    GĂ©rard MANNONI

    Les Puritains de Bellini à l'Opéra de Nantes.
    I Puritani de Vincenzo Bellini
    Orchestre national des Pays de la Loire
    Choeur de l'Opéra de Nantes
    Direction musicale : John Burdekin
    Mise en scène : Tim Coleman
    DĂ©cors : Mathias Nitsche
    Costumes : Eva Pfeifer

    Avec Eteri Lamoris (Elvira)- Neal Harrelson (lord Arthur Talbot)- Stephen Gadd (Sir Richard Forth)- Bernard Deletré (Sir George Walton)- Josep-Miquel Ribot (Lord Walton)- Alfredo Poesina (Sir Robertson)- Rosalind Elliman (la Reine Henriette)-

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com