altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 27 mai 2018

La Grande Duchesse de Gerolstein à l'Opéra d'Avignon.

Le péril de la Duduchesse
© Théâtre d

Les traditions festives ne manquent pas de charme : entre champagne et petits fours, Offenbach et sa Grande Duchesse de Gerolstein ont été choisis par l'Opéra d'Avignon pour enterrer définitivement le vingtième siècle. Un spectacle qui doit beaucoup à sa distribution.

 

Opéra-Théâtre, Avignon
Le 31/12/2000
Mathias HEIZMANN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Les âmes ruinées

  • Un Parsifal mal inspiré

  • Nouveau prodige au pupitre

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • L'oeuvre mérite le détour : parfaitement insolente, elle oscille, comme toujours chez Offenbach, entre critique sociale et humour labichien : la grande duchesse, qui s'ennuie ferme en son château, cherche à s'occuper en séduisant les militaires. Dans cet état imaginaire, on fait la guerre pour occuper la donzelle, on se couvre de médailles et l'on songe avant tout à satisfaire ses aïeuls en brandissant bien haut le sabre paternel.

    C'est dire qu'Offenbach avait quelques intuitions en matière de psychologie, offrant au passage un angle rêvé d'attaque pour un metteur en scène en mal de relecture. Cela n'a d'ailleurs pas échappé au metteur en scène Bernard Pisani et au décorateur Frédéric Pinaud qui a surchargé la scène d'accessoires enfantins.

    Épée empruntée à la guerre des étoiles, gigantesque couronne, les chanteurs évoluent dans un espace qui hésite entre Sisi, Impératrice et Barbi princesse. Quant au fameux sabre paternel, il trône en bonne place, suspendu au-dessus de la scène, gigantesque comme il se doit.

    La mise en scène, hélas, se réduit aux stéréotypes du genre : on songe immanquablement aux productions de l'émission Au théâtre ce soir, et les quelques bonnes idées (un duel avec le chef d'orchestre en particulier) ne suffisent pas à structurer un spectacle qui doit finalement sa réussite aux prestations individuelles.

    Ainsi la complicité qui règne sur le plateau et la présence de chanteurs-comédiens tout à fait remarquables ont sauvé Offenbach du péril d'une Grande Duduchesse, sans même l'humour d'un Cabu.




    Opéra-Théâtre, Avignon
    Le 31/12/2000
    Mathias HEIZMANN

    La Grande Duchesse de Gerolstein à l'Opéra d'Avignon.
    La Grande Duchesse de Gerolstein de Jacques Offenbach
    Direction musicale : Dominique Trottein
    Mise en scène : Bernard Pisani
    Chorégraphie Eric Belaud
    Décors et costumes : Frédéric Pineau
    Éclairage : Michel Theuil
    Orchestre Lyrique de région Avignon Provence
    (Direction artistique : François-Xavier Bilger)

    Choeur de l'Opéra-Théatre d'Avignon et des Pays de Vaucluse
    (Direction : Michel Capperon)

    Ballet de l'Opéra-Théatre d'Avignon et des Pays de Vaucluse
    (Direction : Éric Vu an)

    Distribution
    La grande Duchesse : Alexyse Yerna
    Wanda : Lydia Mayo
    Fritz : Gilles Ragon
    Général Boum : Olivier Grand
    Baron Puck : Jean-Marie Joye
    Baron Grog : Maurice Sieyès
    Prince Paul : Christophe Crapez
    Népomuck : Jean-Claude Calon

    Les demoiselles d'honneur
    Charlotte : Wiebke Nolting
    Amélie : Sylvia Van Gysel
    Olga : Isabelle Guillaume
    Isa : Isabelle Monpert

    Les fous : Roger Nunes & Denis Fabre

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com