altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 14 juillet 2020

Carmen à l'Opéra de Tours, France

Carmen descend dans l'arène

Cette Carmen possède un atout maître, et non des moindres : elle est un témoignage éloquent du travail accompli à l'Opéra de Tours par Jean-Yves Ossonce, directeur depuis 1999 d'un théâtre dont il fut responsable musical de 1982 à 1991, puis chef invité. Dommage que la distribution inégale ne fut pas tout à fait à la même hauteur.
 

Grand Théâtre, Tours
Le 05/01/2001
Michel PAROUTY
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • RĂ©ouverture

  • Des tĂ©nèbres Ă  la lumière

  • RĂ©chauffement climatique

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • RĂ©alisĂ©e par Jean-Christophe Mast, la production de Bernard Broca a pour cadre l'intĂ©rieur d'une arène, lieu gĂ©omĂ©trique dans lequel l'action converge vers la scène finale, le meurtre de l'hĂ©roĂŻne par son ancien amant. Une vision très simple, dans un dĂ©cor stylisĂ© de Jean Haas, les costumes de Jean-Pierre Capeyron apportant Ă  l'ensemble une touche de poĂ©sie.
    Daniel Galvez-Vallejo est un habitué du rôle de José ; son timbre sombre renforce une incarnation dramatique sincère bien que fruste (mais pour une fois, un ténor termine l'air de la Fleur piano, conformément à la partition). Son rival, Escamillo, permet à Franck Ferraro d'afficher l'insolence vocale qu'il déployait déjà à Bastille, voici quelques semaines, dans Lucia di Lammermoor.
    Dans cette distribution internationale, Micaela est Ecossaise. On annonce la cantatrice souffrante, ce qui ne s'entend guère ; le timbre et le phrasé sont ravissants, le personnage croqué avec une grande justesse. Carmen, une fois n'est pas coutume, est Espagnole. Lola Casariego a beau révéler un fort tempérament, elle déçoit sur tous les plans. Ses sauts de registre, brusquement négociés, sa manière de poitriner n'apportent rien à son personnage, pas plus que son jeu, qui manque singulièrement de distinction.
    La voix est jolie, pourtant, quand il lui arrive de nuancer. Même s'il est aujourd'hui pertinent, le choix de la version élaborée par le musicologue Fritz Oeser, qui restitue à l'ouvrage son caractère d'opéra-comique en reprenant les dialogues parlés en lieu et place des récitatifs de Guiraud, ne l'aide guère- mais Ferrari parle faux lui aussi, de même que Marcos Pujol (Zuniga).
    Si l'orchestre n'a pas encore un son qui le distingue, ses progrès, pour ceux qui l'ont connu voici quelques années, sont patents, et il est bien parti pour conquérir rapidement son homogénéité. Ossonce ne se gêne pas pour mettre en valeur les couleurs instrumentales voulues par Bizet ; sa direction possède une vie, une énergie et un naturel qui font qu'elle ne passe pas inaperçue. Dieu sait pourtant si, dans Carmen, les comparaisons peuvent être redoutables.




    Grand Théâtre, Tours
    Le 05/01/2001
    Michel PAROUTY

    Carmen à l'Opéra de Tours, France
    Orchestre de l'Opéra de Tours
    Direction musicale : Jean-Yves Ossonce.
    Mise en scène : Bernard Broca/Jean-Christophe Mast.
    Avec Lola Casariego (Carmen), Daniel Galvez-Vallejo (Don José), Franck Ferrari (Escamillo), Gillian Webster (Micaëla).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com