altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 27 mai 2020

Concert de James Conlon et de l'Orchestre de l'Opéra de Paris.

Maeterlinck traverse le temps
© Eric Mahoudeau

Fauré, Sibelius et Schoenberg se sont appropriés la pièce de Maeterlinck, avec en commun la souci d'une transparence orchestrale digne de l'onirisme de cette oeuvre. Sous la direction de James Conlon, l'Orchestre de l'Opéra de Paris a montré que les formations françaises ne sont jamais meilleures que dans les sonorités diaphanes.
 

Palais Garnier, Paris
Le 22/01/2001
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • R√©chauffement climatique

  • Pas si muet

  • Adams chez Pierre & Gilles

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Trois oeuvres sur Pell√©as et M√©lisande constituaient le programme de ce concert hors fosse de l'Orchestre de l'Op√©ra. Au d√©but du si√®cle en effet, la pi√®ce de Maeterlinck inspira de nombreux musiciens, outre Debussy. Le contraste est d'ailleurs absolu entre la mani√®re dont le sujet est trait√© par Faur√© et Sibelius, et par Sch¬únberg. Dans sa p√©riode pr√©-s√©rielle, ce dernier est en effet l'expression m√™me d'un post-romantisme opulent, extraverti, employant tous les moyens du grand orchestre symphonique que l√®gue le XIX√® si√®cle pour traduire les diff√©rents √©pisodes du drame. Pure co√Įncidence ou go√Ľt de l'√©poque - mais c'est le seul point commun avec les deux autres compositeurs - il fait un tr√®s large emploi de l'harmonie, petite et grande, pour exposer les th√®mes attach√©s au divers personnages et aux diverses circonstances de l'action. Fl√Ľte, hautbois, cor anglais-on se croirait presque au pr√©lude du troisi√®me acte de Tristan - et autres, permettent √† notre magnifique √©cole d'instruments √† vent de rappeler quels beaux repr√©sentants elle a dans l'Orchestre de l'Op√©ra, ne serait-ce qu'en la personne des titulaires du pupitre de fl√Ľte. Ce dernier a tout autant le loisir de s'exprimer dans Faur√© et Sibelius, mais dans un climat beaucoup plus √©th√©r√©, plus int√©rieur, plus translucide. Le drame est l√†, sans conteste, mais plus dans les transparence givr√©es d'un vase de Lalique que dans les couleurs chaudes et profondes d'un Gall√©. James Conlon a su trouver la sp√©cificit√© de chacune de ces pages, son atmosph√®re, ses couleurs, avec un go√Ľt extr√™me et beaucoup de finesse. L'orchestre, comme √† son habitude, a rappel√©, et c'est presqu'un lieu commun, qu'il reste notre meilleure formation de ce type.




    Palais Garnier, Paris
    Le 22/01/2001
    Gérard MANNONI

    Concert de James Conlon et de l'Orchestre de l'Opéra de Paris.
    Orchestre de l'Opéra National de Paris
    James Conlon, direction
    Pelléas et Mélisande de Fauré, Sibelius, Schœnberg

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com