altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 18 septembre 2019

Concert Schubert dans le cadre de Prades aux Champs-Élysées.

Les fils de Pablo

Comme chaque année maintenant, le Festival Pablo Casals de Prades est venu présenter une série de concerts coproduits avec le Théâtre des Champs-Élysées. Musique de chambre au sommet, pourrait-on dire, devant la qualité des instrumentistes présents, même si quelques réserves peuvent venir à l'esprit et à l'oreille.

 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 24/01/2001
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Violetta et ses followers

  • Vieux prĂŞtre d’IsraĂ«l

  • Salzbourg 2019 (8) : Et puis s’en va…

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Les rĂ©serves d'abord : dans le Trio pour cordes et piano n° 1 en si bĂ©mol majeur op.99, par exemple, on ne peut nier que l'Ă©quilibre sonore entre les trois musiciens - Shaham au violon, Collard au piano et Meunier au violoncelle - ne parvient pas vraiment Ă  s'Ă©tablir, au dĂ©triment du violoncelle.

    Magnifique musicien au jeu aussi sensible que raffiné, Meunier est resté un peu en retrait, manquant de son par rapport à ses partenaires. C'est dommage, car la poésie simple et touchante de l'oeuvre, ses thèmes aux merveilleuses lignes mélodiques, ses quelques moments de drame plus profond, furent très bien traduits et il était évident que l'approche de ces si belles pages aurait été la bonne.

    L'interprétation de l'Octuor en fa majeur op. Posthume D.803 fut plus homogène et elle bénéficia tout particulièrement d'un trio à vent hors pair avec Michel Lethiec à la clarinette, Amaury Wallez au basson et Hervé Joulain au cor, ce dernier sortant des sons incroyables de son instrument, qu'il rend fabuleusement malléable et expressif. Très belle présence aussi du contrebassiste Wolfgang Güttler, qui sait vous délivrer le moindre pizzicato comme s'il venait de sauver le monde !

    C'est important dans une oeuvre aussi monumentale, qui dure quasiment une heure, plus que bien des symphonies. On apprécia donc d'autant plus l'investissement personnel très profond de chaque interprète qui se fondait dans une démarche collective très bien pensée et menée.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 24/01/2001
    GĂ©rard MANNONI

    Concert Schubert dans le cadre de Prades aux Champs-Élysées.
    Prades aux Champs-Élysées
    Concert Schubert
    Hagai Shaham, violon, Jean-Philippe Collard, piano, Alain Meunier, violoncelle, Gil Sharon, violon, Vladimir Mendelssohn, alto, Wolfgang Güttler, contrebasse, Michel Lethiec, clarinette, Amaury Wallez, basson, Hervé Joulain, cor

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com