altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 18 septembre 2019

Actéon de Charpentier et Didon et Enée de Purcell par les Arts Florissants.

Didon à Disneyland
© Eric Sebbag

Depuis toujours, William Christie est familier de Marc-Antoine Charpentier - son musicien fétiche - et de Purcell (qu'on se souvienne d'un premier Didon et Enée mémorable, voici 15 ans, avec Guillemette Laurens dans le rôle-titre). Et a priori, on ne pouvait attendre de lui que l'excellence dans ce répertoire où il a déjà tant donné.

 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 23/01/2001
Roger TELLART
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Violetta et ses followers

  • Vieux prêtre d’Israël

  • Salzbourg 2019 (8) : Et puis s’en va…

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Drôles de noces que celles de la pastorale Actéon de Marc-Antoine Charpentier et du premier chef-d'oeuvre lyrique de Purcell, Didon et Enée. Un mariage de raison, car on ne peut pas dire qu'il y ait une vraie complicité d'humeurs entre la rhétorique louis-quatorzième du Français et les fulgurances dramatiques de l'Anglais qui se hausse aux sommets de l'opéra baroque, au fil d'une musique tout en ellipses, en rumeurs, en fureurs. Pour imposer in fine un fascinant portrait (et destin) de femme.

    Et d'abord, pourquoi ce vain souci d'une mise en espace qui contraint les chanteurs, dans Actéon, à d'incertains slaloms à cloche-pied entre les pupitres des instrumentistes ? Une agitation bien puérile, même si y brille l'aimable soprano de Gaëlle Méchaly qui fut sans doute, petite fille, imbattable au jeu de la marelle


    Plus encore, Didon et Enée, pièce maîtresse de la soirée, laisse sur un sentiment de frustration face aux excès du visuel (entre autres, une scène des sorcières façon Disneyland, d'un caricatural à pleurer). Cependant que la vaste salle du Théâtre des Champs-Élysées accuse impitoyablement les insuffisances acoustiques d'un orchestre minimaliste (13 instrumentistes).

    Reste la prise de rôle de Stéphanie d'Oustrac qui crée l'événement en Princesse de Carthage ; une Didon qui confirme une théâtralité instinctive et une nature fondamentalement tragique (un lamento terminal au seuil de l'éternité et pourtant incroyablement fragile, vulnérable). Artiste et carrière à suivre décidément avec la plus grande attention.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 23/01/2001
    Roger TELLART

    Actéon de Charpentier et Didon et Enée de Purcell par les Arts Florissants.
    Marc-Antoine Charpentier : Actéon
    Actéon : Paul Agnew (ténor), Diane : Sophie Daneman (soprano), Junon : Stéphanie d'Oustrac (soprano), Arethuze, Daphnée : Gaëlle Méchaly (soprano), Hyale : Camilla Johansen (soprano)

    Henry Purcell : Didon & Enée
    Didon : Stéphanie d'Oustrac (soprano), Enée : Nicolas Rivenq (baryton), Belinda : Sophie Daneman (soprano), Magicienne : Michel Puissant (contre-ténor), 1re sorcière : Gaëlle Méchaly (soprano), 2e sorcière : Camilla Johansen (soprano)

    Les Arts Florissants, direction : William Christie. Mise en espace : Vincent Boussard

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com