altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 octobre 2019

Récital de la pianiste Sophie Vazeille Salle Cortot.

Faut-il jouer Balakirev ?

Le concert donné Salle Cortot le 4 février présentait un double intérêt : découvrir la jeune pianiste Sophie Vazeille, et (re)découvrir la musique pour piano de Mily Balakirev (1837-1910). À l'heure où la Folle Journée de Nantes a exacerbé l'intérêt pour les compositeurs russes, l'incroyable virtuosité de Balakirev méritait un petit détour.
 

Salle Cortot, Paris
Le 02/02/2001
Olivier FILANCIU
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Quatre sur Six

  • Les Indes en Italie

  • Déluge sonore

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Difficile de se faire une place au soleil lorsque l'on est pianiste. Sophie Vazeille a choisi de commencer par un coup d'éclat : consacrer l'intégralité de son programme de concert à Balakirev, sans doute le plus exigeant de tous les compositeurs pour le piano ; le tout en préparation de la sortie prochaine d'un disque de musique romantique russe .

    Prenez une grosse boîte, remplissez-la à ras bord de notes , renversez-la sur une partition, vous obtiendrez une page qui ressemble à du Balakirev : prouesses techniques à gogo, guirlandes d'arpèges aux deux mains, sauts, croisements, déchaînements de puissance, caractérisent en effet cette musique.

    Sophie Vazeille parvint à instaurer une délicieuse ambiance chopinienne de rêverie dans le 3° Nocturne . Une fraîche atmosphère se dégagea des staccatos frémissants de la Toccata, que l‘acoustique quasi-parfaite de la Salle Cortot rendit à merveille.

    Quant à Islamey, réputée de son temps comme étant l'oeuvre la plus difficile jamais écrite pour le piano ,Sophie Vazeille réussit à en traiter assez clairement les deux thèmes caucasiens et se sortit tant bien que mal des multiples chausse-trappes tendues par l'auteur.

    Malheureusement , la Sonate , la Fileuse , les Réminiscences de l'Opéra La vie pour le Tsar et le 2° Scherzo pâtirent d'une approximation technique rendant difficile la compréhension du langage touffu de ces partitions. Il est vrai que tâche était terriblement redoutable, tant le langage de Balakirev est chargé et ardu.

    Faut-il jouer cette musique ? Oui , si l'on est doté de moyens techniques sans faille, d'une sensibilité des doigts et de l'âme , et d'un esprit “à la Richter” permettant de clarifier le discours de Balakirev .Ce n'était manifestement pas le cas cet après-midi.

    À défaut , ce concert aura sûrement été le récital de piano de l'année où l'on aura entendu le plus de notes en une heure et demi !




    Salle Cortot, Paris
    Le 02/02/2001
    Olivier FILANCIU

    Récital de la pianiste Sophie Vazeille Salle Cortot.
    Mily Balakirev (1837-1910)
    3° Nocturne , Toccata, Islamey, Sonate , la Fileuse, Réminiscences de l'Opéra La vie pour le Tsar et 2° Scherzo.
    Sophie Vazeille (piano)

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com