altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 février 2020

Vanessa de Samuel Barber à l'Opéra de Monte-Carlo.

Vanessa sort de l'ombre
© Universal Classics

C'est à Callas que pensait Samuel Barber lorsqu'il a composé Vanessa, mais celle-ci a décliné le rôle-titre éponyme lorsqu'elle a réalisé que le personnage d'Erika avait tout pour lui faire de l'ombre. Donné pour la première fois l'année dernière à Metz, Vanessa vient de trouver une scène à sa mesure à Monte-Carlo.

 

Palais Garnier, Monte-Carlo
Le 10/02/2001
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le retour de Boieldieu

  • Avec ombre…

  • Gluck en noir et blanc

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • John Cox donne ici une belle leçon de mise en scène figurative et pourtant personnelle et originale, aidĂ© en cela par les dĂ©cors et les costumes de Paul Brown. Ce pays nordique mal dĂ©terminĂ© oĂą se passe l'action de Vanessa, cette demeure Ă©trange et riche oĂą les trois femmes se livrent plus ou moins consciemment un combat sans merci, chacune avec ses armes propres - mutisme de la vieille baronne, franchise et rigueur morale d'Erika, Ă©goĂŻsme fĂ©roce et plein de charme de Vanessa- les diffĂ©rents comparses, tout prend une rĂ©alitĂ© théâtrale fabuleuse, sans que rien de ce qui importe dans l'oeuvre reste ignorĂ©.

    Un décor unique mais aussi changeant que s'il y en avait quatre, une direction d'acteurs parfaite, et voilà cet univers à la Ibsen qui s'anime pour nous, un univers clos, et qui ne respire que de ce qu'il attend du monde extérieur, lequel est omniprésent au-delà du cyclo circulaire qui enserre la petite scène de l'Opéra de Monte Carlo tout en la rendant sans limites. À cette vraie réussite théâtrale s'ajoute une vraie réussite musicale, car Lawrence Foster sort de cette partition quasiment ignorée chez nous - la première en France eut lieu l'automne dernier à Metz- mille trésors en tous genres et lui donne aussi une vie intense.

    Et puis, John Mordler a réuni une distribution que l'on peut qualifier d'idéale. Dame Kiri Te Kanawa est juste entre deux âges, comme l'héroïne, et cette tessiture moyenne lui convient aujourd'hui on ne peut mieux car elle lui permet de faire briller les splendeurs d'une voix très bien conservée dans ce registre. Tous les autres sont excellents et l'on est ému de voir la grande Rosalind Elias qui créa en 1958 le rôle d'Erika incarner aujourd'hui la vieille baronne. Une réussite sans ombre.




    Palais Garnier, Monte-Carlo
    Le 10/02/2001
    GĂ©rard MANNONI

    Vanessa de Samuel Barber à l'Opéra de Monte-Carlo.
    Vanessa de Samuel Barber
    Livret de Gian Carlo Menotti
    Orchestre de l'Opéra de Monte-Carlo
    Direction : Lawrence Foster
    Mise en scène : John Cox
    DĂ©cors : Pazul Brown
    Avec Dame Kiri Te Kanawa (Vanessa)- David maxwell Anderson (Anatol)- Lucy Schaufer (Erika)- David Evitts (le vieux Docteur)- Rosalind Elias (la vieille Baronne)- Anthony Smith (Nicholas)- Ki Hyun Kim (Un valet de pied).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com