altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 09 décembre 2019

Concert du cycle "musiques anciennes en consort" à la Cité de la Musique avec l'ensemble Clément Janequin.

La joyeuse ménagerie des Janequin
© Eric Larrayadieu

Dernier invité du cycle "musiques anciennes en consort" de la Cité de la Musique, l'Ensemble Clément Janequin proposait un programme de chansons parisiennes de la Renaissance. Un répertoire dont l'Ensemble est familier, mais dans lequel sa réussite est plus manifeste dans les pièces imagées que mélancoliques.

 

Cité de la Musique, Paris
Le 25/02/2001
Eric SEBBAG
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Demi-fresque

  • Mort à Munich

  • Carnage light

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Des oiseaux, des chiens, un porc, un cheval, un faucon, de la volaille et beaucoup de cocus
    le moins que l'on puisse dire est que les concerts des Janequin sont habités. Aucune ensemble vocal ne les égale lorsqu'il s'agit de donner vie à la pittoresque volière poétique de Clément Janequin (le compositeur) et son chant des oyseaulx.

    Si le même auteur décrit les affres de La Guerre, la fine équipe de gosiers sait figurer avec ses seules cordes vocales les chocs, les fanfares, les charges et autres bruits d'artillerie. Cette oeuvre dit-on décrit la fameuse bataille de Marignan. À coup sûr, les Janequin en sortent vainqueurs à chaque fois, notamment grâce au timbre tranchant comme une épée de Dominique Visse ; ici une arme imparable.

    La verve de l'ensemble ne tarit pas dans les textes d'humeur grivoise dont ce répertoire de chansons parisiennes de la Renaissance n'est pas avare. En revanche, dès que l'inspiration se fait plus mélancolique ou sentimentale, les Janequin révèlent certaines limites.

    On note d'abord quelques problèmes de justesse, une métrique sans doute trop rigide mais surtout un problème d'équilibre : le timbre pointu de Dominique Visse devient dans ce contexte trop envahissant pour ne pas trahir le caractère des pièces.

    À côté des respirations mélancoliques, Le concert fut ponctué de pièces de luth interprétées par Eric Bellocq. Brillant théorbiste coutumier des orchestres baroques, et par ailleurs également guitariste classique, Bellocq fait preuve d'un sens du rythme engageant et d'une solide technique au luth renaissance. Mais ses qualitées sont assourdies par le son grêle et acide qu'il émet.

    Le choix de garder des ongles à la main droite en est pour partie responsable. Pourtant José Miguel Moreno, qui lui aussi est guitariste autant que luthiste, a prouvé que l'on peut avoir un son rond et plein avec des ongles ; question de technique.

    Reste qu'en dépit de ces réserves, l'ensemble de Dominique Visse sait être si revigorant dans les chansons descriptives ou truculentes que l'on ne saurait s'en dispenser comme Janequin de sa Perrette, ne serait-ce que pour entendre des textes aussi épicés que : "Or vien ça, m'amye Perrette, or vien ça, vien icy jouer, ton cul servira de trompette, et ton devant fera la feste
    ".

    Une tradition de chanson parisienne que Brassens ou Pierre Perret n'ont fait que perpétrer.




    Cité de la Musique, Paris
    Le 25/02/2001
    Eric SEBBAG

    Concert du cycle "musiques anciennes en consort" à la Cité de la Musique avec l'ensemble Clément Janequin.
    Chansons parisiennes
    Claudin de Sermizy,Tant que vivray, Dont vient cela, La, la maistre Pierre, Viens tost, Je ne mange poinct de porc, Secourez moi, Au joly boys, Tu disoys
    Pierre Attaingnant, Pièces de luth, Prélude, Le jaulne et blanc, Basse dance et recoupe
    Pierre Sandrin, Doulce mémoire
    Pierre Certon, Fini le bien (Response à doulce mémoire), Que n'est elle aupres de moy, En langissant avoir secours j'attens, La la la je ne l'ose dire
    Vivre ne puis

    Passereau, Il est bel et bon
    Pierre Attaingnant, Pièces de luth, Haulberroys, Bransles de Poictou
    Clément Janequin, Le chant des oylseaulx, Qu'est-ce d'amour, Au verd boys, Il estoit une fillette, Quelqu'un me disoit l'autre jour, Or vien ça, vien, La Guerre

    Ensemble Clément Janequin
    Dominique Visse, contre-ténor, direction
    Bruno Boterf ténor
    Vincent Bouchot barytons
    François Fauché barytons
    Renaud Delaigue basse
    Eric Bellocq luth et orgue

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com