altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 06 juin 2020

Premières distributions de Don Quichotte à l'Opéra Bastille, Paris.

Mathieu danse et gagne
© Icare

Le jeune Mathieu Ganio.

C'est toute une nouvelle génération de danseurs et quelques invités de marque qui illustrent cette longue et belle série de Don Quichotte au Ballet de l'Opéra. Très attendu, le jeune Mathieu Ganio s'est bien placé comme la valeur incontestable de la jeune classe.
 

Le 17/05/2004
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lam√©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Avec raison, et un peu pouss√©e par les circonstances ¬Ė blessures de l'√©toile Jean-Guillaume Bart et des premiers danseurs Delphine Moussin et Herv√© Moreau ¬Ė Brigitte Lef√®vre lance les jeunes √† l'assaut de l'un des plus redoutables ballets du grand r√©pertoire acad√©mique. Pour que Don Quichotte revu par Noureev fonctionne bien, il faut pour tous non seulement une technique d'acier mais un vrai sens du th√©√Ętre. Sans quoi, on tombe dans la d√©monstration de cirque sans int√©r√™t. Les deux premi√®res distributions ont prouv√© que la g√©n√©ration montante √©tait pr√™te √† prendre cette p√©rilleuse rel√®ve.

    Celui que l'on attendait le plus √©tait Mathieu Ganio, dix neuf ans, d√©j√† star de la classe des sujets et √† l'√©vidence hyperdou√© √† tous √©gards. Il a de qui tenir. Sa m√®re, Dominique Khalfouni fut une des plus grandes ballerines de l'Op√©ra avant de devenir une muse pour Roland Petit √† Marseille. Son p√®re, Denis Ganio, fut aussi un magnifique danseur, tant √† Paris qu'√† Marseille. Mathieu a pris tout ce qu'il y avait de mieux chez les deux. Grand, physique superbe, longues jambes qui font l'envie de tous, danse irr√©prochable d√©j√†. Le lancer dans Don Quichotte, r√īle qu'il a appris en trois semaines, √©tait pourtant un pari. Et c'est gagn√©. M√™me s'il a encore forc√©ment √† progresser en s√Ľret√©, en expression du visage et en r√©sistance ¬Ė il apparut assez fatigu√©, ce qui est normal, au dernier pas de deux, le plus redoutable ¬Ė il fut totalement √† la hauteur de la situation.

    Belle technique, sens de la sc√®ne, bon partenaire, il a ralli√© tous les suffrages. C'est bien lui l'√©toile de demain, m√™me si d'autres ont aussi de tr√®s belles qualit√©s. Il avait le privil√®ge de danser avec Agn√®s Letestu, plus somptueuse que jamais. Toujours plus expressive, fouillant ses r√īles avec passion, le visage anim√©, piquante, mutine, paraissant s'amuser de bout en bout, Letestu nous a gratifi√©s de la plus belle d√©monstration technique ¬Ė fouett√©s doubles altern√©s parfaitement sur la musique √† la coda finale ¬Ė avec des d√©velopp√©s √† la seconde ralentis onctueux, des √©quilibres magiques.

    Dans la m√™me distribution, Aurore Cordelier √©tait une solide Reine des Dryades, moins po√©tique qu'Isabelle Ciaravolla le soir de la premi√®re, mais plus s√Ľre techniquement. Brillante danseuse de rue, Karine Averty avait pour partenaire le tor√©ador blond de Karl Paquette, impeccable, et dont on attend le Basile avec impatience aux c√īt√©s d'Eleonora Abbagnato.

    Une autre distribution avait ouvert cette longue s√©rie qui s'ach√®vera le 3 juin. Elle √©tait men√©e par Laetitia Pujol en Kitri et Benjamin Pech en Basile. Ils ont l'habitude de ces r√īles, puisque Pujol avait √©t√© nomm√©e √©toile √† l'issue d'un Don Quichotte particuli√®rement brillant avec d√©j√† Pech comme partenaire. Ce dernier est irr√©prochable dans un personnage qu'il danse aussi bien qu'il le joue. Pujol a bien affin√© son personnage, m√™me si elle a tendance √† d√©penser trop d'√©nergie d√®s sa premi√®re entr√©e. Sa technique sans la moindre faille le lui permet mais le personnage y gagnerait √† √™tre d'embl√©e l√©g√®rement moins d√©vorant. Et quels parfaits port√©s √† la russe ils r√©ussirent tous deux !

    Eclatante danseuse de rue d'Eve Grinsztajn, d'une beaut√© √† couper le souffle, avec le tr√®s personnel Espada de Yann Bridard qui sait toujours donner du relief √† ses personnages au-del√† de la danse. Manie Hurel fut √† deux reprises un vif et alerte Cupidon. Quant √† Jean-Marie Didi√®re, dans le titre, r√īle de caract√®re peu ais√© √† rendre int√©ressant, il est tout simplement prodigieux de finesse, de pr√©sence et d'intelligence. Tout comme Laurent Novis dans le difficile r√īle burlesque de Gamache. Aucune vulgarit√©, mais des mimiques agac√©es, nerveuses, mignardes, des nervosit√©s √† la De Fun√®s, absolument irr√©sistibles.

    Quatre autres distributions de jeunes et de stars sont encore à venir.




    Le 17/05/2004
    Gérard MANNONI

    Premières distributions de Don Quichotte à l'Opéra Bastille, Paris.
    Don Quichotte
    musique : Ludwig Minkus
    chorégraphie : Rudolf Noureev d'après Marius Petipa
    décors : Alexandre Beliaev
    costumes : Elena Rivkina
    éclairages : Philippe Albaric
    Avec les étoiles, les premiers danseurs et le corps de ballet de l'Opéra national de Paris.

    Orchestre de l'Opéra national de Paris
    direction : Paul Connelly

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com