altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 04 juin 2020

Dernières distributions de Don Quichotte à l'Opéra Bastille, Paris.

Invités de prestige
© Icare

Roberto Bolle

Point final à cette longue série de Don Quichotte à l'Opéra de Paris avec deux étoiles invitées, l'italien Roberto Bolle et le cubain Carlos Acosta. Deux rencontres comme on les aime, et la belle cloture d'une série tout sauf routinière.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 03/06/2004
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lam√©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • D√©j√† vu sur la sc√®ne du Palais Garnier lors des repr√©sentations d'Excelsior donn√©es par la Scala de Milan il y a deux ans, le sculptural Robert Bolle √©tait un partenaire tr√®s ad√©quat pour Agn√®s Letestu. Il est certes davantage un danseur noble fait pour les princes et autres cr√©atures mythiques que pour ce mis√©reux de barbier qu'est le Basile de Don Quichotte. Mais pourquoi bouder son plaisir devant une danse de telle qualit√© et ce physique de Brad Pitt brun ? C'est une d√©monstration de grande √©cole classique, pure, rigoureuse, √©l√©gante, dans un total respect de la version Noureev de l'Op√©ra.

    Il arrive tr√®s souvent, rappelons-le que les invit√©s pr√©f√®rent danser, au moins pour les variations, la version √† laquelle ils sont le plus habitu√©s. Excellent partenaire, le beau Roberto nous a gratifi√© de somptueux port√©s √† la russe, sa taille √©tant on ne peut mieux adapt√©e √† celle d'Agn√®s Letestu. Peut-√™tre son interpr√©tation a-t-elle manqu√© un peu d'esprit, de l√©g√®ret√©, mais son entente avec Letestu √©tait si parfaite que la cr√©dibilit√© th√©√Ętrale ne s'en est gu√®re ressentie. Forc√©ment plus √† l'aise encore qu'avec le bizut Mathieu Ganio qu'elle a bien aid√© √† gagner ses galons d'√©toile, Agn√®s Letestu a √©t√© somptueuse de bout en bout, une fois de plus.

    Autre étoile venue d'ailleurs, le Cubain Carlos Acosta, actuel étoile invitée du Royal Ballet, correspond mieux à l'idée que l'on peut se faire de Basile. Moins grand, plus nerveux, il a cette impeccable technique à la russe de tous les Cubains, avec des cinquièmes positions parfaites, un saut magnifique, même lorsqu'il l'enjolive de complications acrobatiques pas forcément indispensables
    mais qui plaisent au public. Il a du nerf, de la vivacité, et forme avec Aurélie Dupont un couple aussi harmonieux que complémentaire.

    Spirituelle, belle à mourir, Aurélie Dupont l'est incontestablement et avec une finesse, une classe de tous les instants qui sont celles des grandes étoiles de l'Opéra. Elle a le sens du spectacle, et sait déclencher les applaudissements sans déroger, avec des équilibres d'une durée miraculeuse par exemple, dans une pureté de ligne absolue. Chez elle tout est beau, la moindre arabesque, le moindre jeté. Les retirés si mécaniques chez certaines, deviennent ici quasiment poétiques, et, en plus, elle a vraiment l'air de s'amuser !

    Cette série de Don Quichotte qui n'aurait pu être que routinière, aura donc été, il faut le souligner encore, pleine d'imprévu, de découvertes et surtout de grandes satisfactions chorégraphiques. L'Opéra terminera sa saison avec La Sylphide, qui devrait aussi réserver quelques surprises.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 03/06/2004
    Gérard MANNONI

    Dernières distributions de Don Quichotte à l'Opéra Bastille, Paris.
    Don Quichotte
    musique : Ludwig Minkus
    chorégraphie : Rudolf Noureev d'après Marius Petipa
    décors : Alexandre Beliaev
    costumes : Elena Rivkina
    éclairages : Philippe Albaric
    Avec les étoiles, les premiers danseurs et le corps de ballet de l'Opéra national de Paris.

    Orchestre de l'Opéra national de Paris
    direction : Paul Connelly

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com