altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 03 juin 2020

Tempus Fugit de Sidi Larbi Cherkaoui au Théâtre de la Ville, Paris.

Sucré-salé sans faute de goût
© Jean-Pierre Maurin

Avec Tempus Fugit, Sidi Larbi Cherkaoui signe au Théâtre de la Ville de Paris sa pièce la plus accomplie à ce jour. Un travail exemplaire de ce que peut être une nouvelle danse héritière des conquêtes et des avancées de ces dix dernières années.
 

Théâtre de la Ville, Paris
Le 04/11/2004
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lamé, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Ce qui frappe avant tout dans ce spectacle totalement réussi, c'est l'intelligence. Sidi Larbi Cherkaoui démontre qu'avec une cervelle qui fonctionne avec éclat et, bien sûr, un vrai talent qui la motive et l'inspire, tout ce qui pourrait paraître excessif ou anecdotique chez d'autres devient chez lui pertinent, source d'émotion et de réflexion.

    Un vrai spectacle, à la fois déjanté, jubilatoire et lourd de signification, servi par d'excellents musiciens et des danseurs virtuoses, capables aussi de chanter les musiques les plus variées, de l'hymne national corse, le Dio vi salvi Regina dans une très belle polyphonie, au Temps des cerises transformé en une hilarante leçon de prononciation de la langue française. La « vision aiguë sur les hommes d'aujourd'hui et de partout Â» qu'il nous donne, est d'une foudroyante lucidité, et il le fait avec un art d'une habileté incroyable, passant du dérisoire au tragique en une sorte de mouvement perpétuel qui ne nous laisse aucun répit.

    A peine sourions-nous que nous recevons une gifle. A peine sommes-nous remis de ce choc que nous sommes portés à rire. Ce qui pourrait être fatras de costumes et d'éléments de décor se charge de tant de signification que l'imagination est en permanence sollicitée et les images se parent d'une poésie souvent bouleversante, comme cette ultime vision des interprètes accrochés aux troncs des arbres et qui semblent s'envoler tels des oiseaux partant pour leur migration annuelle. Il y a beaucoup de musique, du texte dans toutes les langues, et beaucoup de danse aussi, avec une énergie et une utilisation souvent désarticulée ou acrobatique du corps, un rapport au sol spécifique, qui commence à devenir une écriture très personnelle.

    Tout cela mérite vraiment le nom de création, à chaque minute, surtout si on le compare à ce que proposent tant de médiocres défenseurs d'une danse qui se prétend sans cesse nouvelle alors qu'elle est de plus en plus ringarde. Tempus Fugit nous tient pendant une heure et quarante minutes en haleine d'une manière si forte et si diversifiée que l'on en sort la sensibilité tout ébouriffée, avec cette sensation d'euphorie qu'engendre tout spectacle vraiment réussi. Et pourtant, le regard que Sidi Larbi Cherkaoui et ses sbires portent sur nous est d'une acuité cruelle, d'ailleurs non dénuée de tendresse.

    Mais quelle habileté et quel talent, une fois encore, pour réussir un tel mélange sucré-salé, sans faute de goût, et nous donner mine de rien l'une des pièces les plus fondamentales vues depuis bien longtemps.




    Théâtre de la Ville, Paris
    Le 04/11/2004
    Gérard MANNONI

    Tempus Fugit de Sidi Larbi Cherkaoui au Théâtre de la Ville, Paris.
    Tempus Fugit
    Ballets C.de la B.- Ensemble WESHM
    concept, mise en scène, chorégraphie : Sidi Larbi Cherkaoui
    partenaire artistique : Damien Jalet
    musique, arrangements, objets sonores : Najib Cherradi
    costumes : Isabelle Lhoas et Frédéric Denis

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com