altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 01 juin 2020

Ma, d'Akram Khan au Théâtre de la Ville, Paris.

Austère beauté
© Jean-Pierre Maurin

Avec une dizaine de danseurs et des musiciens sur scène, Akram Khan propose Ma aux spectateurs du Théâtre de la Ville, un spectacle plus ambitieux que le magnifique Kaash vu la saison dernière au Théâtre des Abbesses. Rigoureux et esthétisant.
 

Théâtre de la Ville, Paris
Le 16/11/2004
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lamé, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Même si l'on retrouve la pureté de la gestuelle et la passion des images clairement construites, c'est quasiment un nouvel Akram Khan que l'on découvre avec cette création très esthétisante et qui refuse toute démagogie. Khan ne cherche pas à charmer, et il n'émeut pas vraiment non plus. Et pourtant, l‘attention ne faiblit jamais et l'on ressent une incontestable fascination face à ces tableaux si bien agencés, si minutieusement réglés sur la musique et si somptueusement dansés. Mais on reste un peu à distance, comme devant un trop objet de cristal dont la proximité risquerait de ternir l'éclat.

    Inspiré du kathak, le propos chorégraphique d'Akram Khan est complexe, extrêmement structuré, teinté d'humour par instants, généralement acrobatique et soutenu par des textes et une musique parfaitement bien choisis et interprétés. Les éclairages, qui nous font passer de la totale obscurité à un quasi aveuglement, jouent un rôle important dans le rythme de la pièce, dont une fois encore, on admire les savantes structures parfaitement échafaudées.

    Bien sûr, la double civilisation dont est issu Akram Khan, anglais d'origine bengali, le pousse à un riche métissage de modes d'expressions, ne serait-ce que par les origines très diverses des danseurs qui viennent d'Asie, d'Afrique du Sud, de Slovaquie et d'Espagne, sans oublier les musiciens venant du Pakistan ou d'Inde du Sud. Il en résulte un langage qui n'est pas toujours apte à frapper directement notre sensibilité, laquelle se raccroche donc plutôt à l'aspect esthétique du spectacle.

    On se dit que c'est vraiment très beau, mais que le coeur n'a que rarement battu la chamade.




    Théâtre de la Ville, Paris
    Le 16/11/2004
    Gérard MANNONI

    Ma, d'Akram Khan au Théâtre de la Ville, Paris.
    Ma
    Compagnie Akram Khan
    direction artistique : Akram Khan
    musique : Riccardo Nova
    chansons : Faheem Mazhar
    éclairages : Mikki Kunffu
    décor : Illur Malus Islandus
    costumes : Tony Aaron Wood
    texte : Hanif Kureishi
    dramaturgie : Carmen Mehmet

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com