altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 04 juin 2020

Concours annuel de promotion interne de l'Opéra de Paris.

Deux nouveaux premiers danseurs à l'Opéra de Paris
© Icare

La nouvelle première danseuse Emilie Cozette.

Le concours annuel de promotion interne du ballet de l'Opéra national de Paris s'est déroulé comme chaque année à la veille de Noël. Un bon cru et des promotions parfaitement justifiées, avec deux nouveaux premiers danseurs en les personnes d'Emilie Cozette et Emmanuel Thibault, mais aussi la nomination de quatre sujets et de trois coryphées.
 

Palais Garnier, Paris
Le 27/12/2004
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lamé, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • De huit heures du matin précises à dix-sept heures environ, la quasi totalité du corps de ballet de l'Opéra s'est présentée au concours annuel de promotion interne, les garçons le matin, les filles l'après-midi. Une épreuve rude, cause d'une intense préparation et d'une grande anxiété, de joies, bien sûr et de déceptions.

    Ceux qui ne sont pas montés devront attendre l'année prochaine
    s'il y a des places. Car le nombre de places mise en concours pour chaque classe – coryphées, sujets, premiers danseurs – dépend des disponibilités, départs volontaires ou retraites – fixées à quarante-deux ans pour tous désormais. Chaque artiste présente la variation imposée à sa classe et une variation dite libre, choisie dans le répertoire de l'Opéra.

    Emilie Cozette élevée au rang de première danseuse

    Cette année, il y avait en concours un poste de première danseuse, pour commencer par le haut de la hiérarchie, et un poste de premier danseur. Emilie Cozette, grande et belle ballerine blonde, a été promue première danseuse. C'est une ballerine solide, qui, après des débuts très brillants marqués notamment par un prix au Concours de Paris, est passée par une période plus difficile d'où elle paraît définitivement sortie. Au classement, elle était suivie par Myriam Oulm-Braham, et Dorothée Gilbert, toutes deux sans doute plus brillantes et déjà vues dans de grands premiers rôles, mais moins convaincantes pour le jury en ce jour de concours.

    Myriam Oulm-Braham a peut-être eu le tort de choisir comme variation libre celle du cygne blanc du Lac des cygnes, alors que la version imposée était celle du cygne noir. Elle n'a montré ainsi que le même aspect de ses possibilités. Dorothée Gilbert fut brillante techniquement, avec une belle variation libre de Jerome Robbins, mais, peut-être stressée par le surmenage – elle est actuellement en alternance danse la création de Trisha Brown – manqua un peu de sa poésie et de sa fluidité coutumières.

    La consécration pour Emmanuel Thibault

    © Icare

    Chez les garçons, c'est enfin Emmanuel Thibault qui a été promu. Il aurait dû l'être depuis plusieurs années, mais, pour des raisons mystérieuses et propres à l'Opéra, les différents jurys lui avaient toujours préféré quelqu'un d'autre, malgré les aunages unanimes et répétées du public comme de la critique. C'est maintenant chose faite, mais reconnaissons qu'Emmanuel dansait tout aussi bien depuis plusieurs années ! Yann Saïz, toujours moins bon au concours qu'en spectacle, le suivait de près au classement.

    Une seule place de sujet chez les femmes

    Il n'y avait qu'une place de sujet disponible chez les femmes. C'est la jeune Aurelia Bellet qui l'a emportée, devant Mathilde Froustey pourtant impressionnante de technique dans le Grand pas classique de Gsovky et toujours très gracieuse. Quatre quadrilles ont été promues coryphées : Laura Hecquet, Alice Renavand, excellente dans la grande variation du deuxième acte de La Bayadère, Sara Kora Dayanova et Charline Giezendanner.

    Trois coryphées masculins promus sujets

    Chez les hommes, trois coryphées ont gradé sujets : Julien Meyzendi, déjà repéré en cours d'année et comptant parmi les meilleurs éléments de la compagnie ; Josua Hoffalt, remarquable dans la difficile Variation de Solor au deuxième acte de La Bayadère, un authentique espoir maison ; et Florian Magnenet, lui aussi tout à fait à sa place désormais dans la classe des sujets.

    Quatre quadrilles promus coryphées

    Et puis, quatre quadrilles sont passés dans la classe des coryphées : Vincent Chaillet, en premier, grand, très poétique dans la Variation lente du Lac des cygnes ; Jean-Philippe Dury, deuxième, irréprochable en Don José de Roland Petit ; Aurélien Houette, très doué lui aussi en bel Idole doré de La Bayadère ; et enfin Sébastien Bertaud, excellent dans Agon de Balanchine et dont la danse pure, raffinée et puissante, aurait tout aussi bien mérité une première place. Mais, l'essentiel est de monter, les classements sont bien vite oubliés !

    Un concours solide donc, qui aura montré que la technique classique des filles est plus solide que celle des garçons, mais que ces derniers l'emportent dans le domaine de l'interprétation et qui a eu au moins le mérite de réparer l'éternelle injustice faite à Emmanuel Thibault ! C'est un bon début pour l'ère Mortier en matière de danse.




    Palais Garnier, Paris
    Le 27/12/2004
    Gérard MANNONI



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com