altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 06 juin 2020

Nouvelles distributions pour La Belle au bois dormant à l'Opéra Bastille, Paris.

La Belle au bois dormant (3) : d'une Aurore à l'autre
© Icare

Myriam Oulm-Braham

Le d√©fil√© des Belles au bois dormant continue √† l'Op√©ra de Paris. Nouvelles prises de r√īles, d√©couvertes et retrouvailles sont au rendez-vous. Plaisirs et d√©ceptions, entre un excellent couple Zakharova-Martinez et l'Aurore moyenne de Myriam Oulm-Braham.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 06/12/2004
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lam√©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • On attendait beaucoup de cette Aurore de Myriam Oulm-Braham. Consid√©r√©e comme l'un des espoirs les plus en vue de la nouvelle g√©n√©ration, sujet dans la hi√©rarchie maison, elle abordait pour la premi√®re fois un premier grand r√īle du r√©pertoire dans un ballet en trois actes.

    Sans √™tre particuli√®rement mal intentionn√©, on peut souligner que cette ballerine a tout de m√™me vingt-deux ans, √Ęge auquel bien de ses coll√®gues des g√©n√©rations pr√©c√©dentes √©taient d√©j√† √©toiles ou au moins premi√®res danseuses. Les temps changent, car la plupart de ceux et celles que l'on nous pr√©sente comme jeunes et espoirs, sont dans le m√™me cas, Oulm-Braham √©tant m√™me l'une des plus vraiment jeunes, avec Doroth√©e Gilbert, sans parler bien s√Ľr de Mathieu Ganio, √©toile √† vingt ans.

    Son Aurore ne manque ni de qualit√©s ni de promesses. Du charme, de la fra√ģcheur, de l'√©l√©gance, de la vivacit√©, mais un rien de pr√©ciosit√© aussi, et surtout une certaine fragilit√© technique. Il s'agit, on ne l'oublie pas, d'une premi√®re exp√©rience, mais, n'oublions pas davantage qu'il s'agit aussi de l'Op√©ra de Paris, compagnie jusqu'√† pr√©sent r√©put√©e comme la meilleure du monde en mati√®re classique et que les comparaisons encore proches de ballerines en pareilles circonstances ont laiss√© d'autres souvenirs, ces consid√©rations s'appliquant d'ailleurs aussi bien √† Laetitia Pujol qu'√† M√©lanie Hurel, dans des proportions variables. Il ne faudrait pas que l'on se mette √† ¬ę faire avec faute de mieux ¬Ľ. Les exigences ne doivent pas baisser. Surtout lorsque l'on affiche aussi un couple comme celui form√© par Svetlana Zakharova et Jos√© Martinez. Et quelques autres.

    Un couple Zakharova-Martinez parfait de naturel

    La comparaison est cruelle, car l'un comme l'autre montrent avec le plus parfait naturel ce que l'on peut et doit faire dans ce ballet. Habitu√©e d√©sormais de la compagnie, la tr√®s belle √©toile du Bolcho√Į a d'embl√©e une classe, une pr√©sence, un √©clat qui remettent les pendules √† l¬Ďheure. Tr√®s juv√©nile au d√©but, elle appara√ģt en femme √©panouie au pas de deux final. Elle a aussi une admirable mani√®re de coordonner ses mouvements de t√™te, de bras et de mains, donnant toujours l'impression qu'ils accompagnent et compl√®tent presque √† l'improviste ce que fait le reste du corps.

    © Icare
    Certes, comme toutes les russes, elle ne tient pas les équilibres de l'Adage à la rose plus que le quart de seconde nécessaire pour rattraper la main d'un prince, sans même prendre le risque de relever en couronne le bras droit, ce que font quand même nos ballerines. Mais tout le reste est parfait, en totale osmose avec un José Martinez somptueux à tous égards, expressif, brillant, tenant vraiment l'ensemble du spectacle par son énergie et sa présence.

    Il est normal et souhaitable de lancer la nouvelle g√©n√©ration dans le grand r√©pertoire. Cela s'est toujours fait, mais il faut aussi avoir le courage de reconna√ģtre les limites et les risques d'une telle entreprise quand on n'a pas √† faire √† des natures aussi exceptionnelles que celles qui nous ont enchant√©es depuis une vingtaine d'ann√©es. Restent heureusement les Dupont, Letestu, Legris, Pech et pourquoi pas, peut-√™tre Marie-Agn√®s Gillot. Nous en reparlerons.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 06/12/2004
    Gérard MANNONI

    Nouvelles distributions pour La Belle au bois dormant à l'Opéra Bastille, Paris.
    La Belle au bois dormant
    Chorégraphie de Rudolf Noureev
    Ballet de l'Opéra national de Paris

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com