altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 30 mai 2020

Coppélia, par le Ballet de l'Opéra national de Bordeaux, au Grand-Théâtre, Bordeaux.

Fancy Coppélia

Le Ballet de l'Opéra national de Bordeaux débute sa saison avec Coppélia, grand classique français revisité par son directeur, Charles Jude, dans l'esprit des comédies musicales américaines et avec également l'insertion de tous de magie du plus bel effet. Un vrai retour à l'enfance pour ce ballet célèbre en tous.
 

Grand-Théâtre, Bordeaux
Le 19/12/2004
Vincent LE BARON
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • A la tĂŞte du Ballet de l'OpĂ©ra National de Bordeaux depuis plus de huit ans, Charles Jude a eu pour objectif premier de reconstruire et dĂ©velopper son rĂ©pertoire. A tout seigneur tout honneur, il a mis l'accent sur les grands ballets classiques en crĂ©ant sa propre version de Casse-Noisette, puis en enchaĂ®nant presque chaque saison avec Giselle, CoppĂ©lia, la Belle au bois dormant et le Lac des cygnes. ComplĂ©tĂ© par un bel Ă©chantillon de pièces nĂ©oclassiques et contemporaines, le rĂ©sultat fait figure d'exception dans le paysage chorĂ©graphique français qui a hĂ©ritĂ© de cette hĂ©rĂ©tique obsession française de faire table rase du passĂ©.

    Coppélia attire les foules de Noël au Grand-Théâtre de Bordeaux. La transposition effectuée par Charles Jude dans le New York des années 1950 satisfait tous les publics, sans heurter les tenants du bon goût français, à leur aise dans le théâtre de Victor Louis. Cette chorégraphie créée en 1999, avec laquelle la compagnie a déjà tourné, implique la quasi-totalité de ses trente-huit danseurs. Grâce aux décors astucieux de l'italien Giulio Achilli, la transposition imaginée par Charles Jude prend toute sa saveur. Les détails et citations de la peinture d'Edward Hopper et l'hommage de Jude à Fancy Free de Jerome Robbins forment une ensemble extrêmement cohérent.

    La chorĂ©graphie en tant que telle Ă©tonne d'abord par sa complexitĂ©, moins surprenant lorsqu'on sait la proximitĂ© de Charles Jude avec Rudolf Noureev, spĂ©cialiste de la difficultĂ©. Au-delĂ , Jude multiplie les pas classiques, rythmĂ©s comme les danses des « happy days Â» amĂ©ricains de l'après-guerre. Pour les solistes, l'unique Ă©toile de la troupe, Emmanuelle Grizot, assure le rĂ´le de Swanie (comprendre Swanilda). Danseuse Ă  la technique Ă©prouvĂ©e, elle mène la danse avec assurance. Son partenaire, Fonzy, se nome Igor Yebra. Soliste invitĂ©, ayant dĂ©butĂ© chez Vicor Ullate, avant de danser en Russie et Ă  Cuba, il apporte humour et brio au ballet. MalgrĂ© sa haute stature, son jeu juvĂ©nile et sa prĂ©sence lui accordent tout le crĂ©dit nĂ©cessaire Ă  ce rĂ´le. Charles Jude incarne CoppĂ©lius, avec force et mystère, grand ordonnateur de ce conte.

    Une des grandes réussites de cette Coppélia et dans l'esprit de l'argument demeure l'insertion de tours de magie sur les conseils de Gérard Majax. Table magique, changements de costumes instantanés, poupée téléguidée, tout confère au retour à l'enfance. Avec un même souci d'harmonie, les ensembles et les costumes rappellent l'esthétique et la gaieté de l'Amérique glorieuse. Les danseurs reçoivent les chaleureux applaudissements du public qui, contre toute polémique, saluent aussi son directeur, rare survivant de l'univers classique en France.




    Grand-Théâtre, Bordeaux
    Le 19/12/2004
    Vincent LE BARON

    Coppélia, par le Ballet de l'Opéra national de Bordeaux, au Grand-Théâtre, Bordeaux.
    Coppélia
    musique : Leo Delibes
    chorégraphie : Charles Jude
    Ballet de l'Opéra National de Bordeaux

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com