altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 03 juin 2020

Wuthering Heights, de Kader Belarbi au Palais Garnier, Paris.

Passions destructrices
© Icare

Pour cette reprise de son ballet créé en 2002, Kader Belarbi a encore accentué la violence des relations passionnelles des héros des Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë. Une oeuvre forte dans un langage qui se précise, admirablement servie par les danseurs de l'Opéra de Paris.
 

Palais Garnier, Paris
Le 05/03/2005
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lamé, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Raconter une histoire en dansant est beaucoup plus difficile qu'on ne le croit. En faisant un large appel au mimodrame, le XIXe siècle a résolu un certain nombre de problèmes. Le XXe siècle, avec notamment Roland Petit, grand maître en la matière, a montré d'autres approches, plus aiguës, plus concises, aux frontières de l'anecdotique. C'est dans cet esprit que Kader Belarbi a fait ses choix en s'attaquant au roman d'Emily Brontë. Sans renoncer à évoquer le déroulement des faits dramatiques qui jalonnent la vengeance terrible de Heathcliff, il s'est surtout attaché, en particulier en revisitant son travail pour cette reprise, à créer un monde noir de passions incontrôlées, proches des déchaînements de la nature.

    Pas de trêve dans cette violence permanente où les faibles sont broyés irrémédiablement et où le héros ne trouvera la paix que dans l'irréel d'une union post-mortem ; avec sa bien-aimée dont il a ruiné la vie. Tout cela, la chorégraphie le traduit dans un langage auquel manque seulement une certaine capacité de renouvellement et une caractérisation des différents caractères par le seul langage des pas. Néoclassique sans honte, la style de Belarbi est ample, généreux, avec une conscience exacte de ce qu'il peut demander à ces interprètes d'élite que sont les danseurs de l'Opéra. Il manque juste un peu de concision et une structure plus évolutive qui mettrait davantage en relief les détails de sa chorégraphie. Mais c'est une oeuvre solide, courageuse, peu ordinaire.

    Elle est servie par la très forte scénographie de Peter Pabst et par des interprètes qui y mettent tout leur talent, toute leur technique et toute leur foi. Nicolas Le Riche est un Heathcliff romantique et maléfique à souhait, avec toujours une qualité de saut exceptionnelle. Marie-Agnès Gillot campe Catherine de manière somptueuse, longiligne, expressive, avec cet éclat naturel qui focalise sur elle l'attention dès qu'elle entre en scène. Jean-Guillaume Bart (Edgar), Eleonora Abbagnato (sa soeur), Wilfried Romoli (Hinley) participent avec toute l'efficacité souhaitée à ce jeu cruel des passions destructrices.




    Palais Garnier, Paris
    Le 05/03/2005
    Gérard MANNONI

    Wuthering Heights, de Kader Belarbi au Palais Garnier, Paris.
    Wuthering Heights
    chorégraphie : Kader Belarbi d'après le roman d'Emily Brontë
    musique originale : Philippe hersant
    scénographie et éclairages : Peter Pabst
    costumes : Elsa Pavanel

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com