altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 06 juin 2020

La Danse, une histoire à ma façon, de Dominique Boivin au Centre national de la Danse, Pantin.

Boivin, une histoire de la danse
© CND

Dominique Boivin donne depuis dix ans La Danse, une histoire à ma façon, solo qui en soixante-dix minutes et sans prétention, retrace à sa façon l'histoire de la danse depuis la préhistoire. A Pantin, le Centre National de la Danse lui ouvre légitimement ses espaces pour quelques représentations.
 

Centre National de la Danse, Pantin
Le 11/02/2005
Vincent LE BARON
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lam√©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • L'id√©e de retracer l'histoire de la danse seul en sc√®ne pourrait sembler ambitieuse, hasardeuse ou m√™me pr√©tentieuse. Dominique Boivin √† peine apparu sur sc√®ne, on se trouve instantan√©ment rassur√© : sa silhouette attachante, sa culture chor√©graphique et son humour d√©cal√© sont le gage d'une heure savoureuse. Nul besoin de conna√ģtre deux tomes d'histoire de la danse pour appr√©cier la pi√®ce. A la fois universelle et sans approximations usantes pour le balletomane, chacun dans ce public h√©t√©roclite √† Pantin rit ou sourit tour √† tour. Des s√©quences et citations trop nombreuses pour √™tre exhaustif, quelques passages particuli√®rement savoureux m√©ritent d'√™tre salu√©s.

    Passées les danses tribales et les frises tirées des céramiques grecques, Boivin suggère quelques pas extraits du langage baroque. Cette évocation, comme d'autres, s'appuie sur des accessoires choisis à juste propos : manchettes de dentelle ou poudre de riz, agrémentés des parcours scéniques de Faillet ou Noverre qui suffisent à rappeler ce que la belle danse devait être.

    L'arrivée des pointes ne vaut pas un pastiche de ballerine mais une scène très romantique sur le quatuor la Jeune Fille et la Mort de Schubert. Le grand danseur lunaire, réfugié sous une voilette dans une lumière diaphane, prend toutes les poses de La Taglioni. A l'étranger, les Ballets Trockadero de Monte-Carlo ou les Ballets Grandiva excellent dans le travestissement, Boivin, dans la tradition française, privilégie le mime et le symbole.

    Le machaon projet√© sur un √©cran √©voque le papillon de Lo√Įe Fuller quand les ombres chinoises mena√ßantes renvoient √† l'expressionnisme allemand et conduisent le spectateur √† la seconde partie du vingti√®me si√®cle que Boivin privil√©gie par sa formation et sa proximit√©. La stylisation de la Messe pour un Temps Pr√©sent de B√©jart ou la parodie √† peine sugg√©r√©e des inventions de Nikolais offrent un recul plaisant sur l'ambition de ces chor√©graphes. La Judson r√©sum√©e en happening, performance ou sit-in en prend pour son grade.

    Boivin, depuis dix ans qu'il tourne avec son oeuvre, sait la faire évoluer en intégrant notamment l'épisode de l'été 2003 avec la grève des intermittents du spectacle. Achevant son propos sur sa propre histoire, il quitte la scène humblement dos au public. Le solo au caractère pédagogique trouve évidemment sa place dans ce nouveau Centre à Pantin, mais il s'agit avant tout d'une oeuvre et d'un artiste qui après plus de deux cent cinquante représentations, rallie tous les suffrages.




    Centre National de la Danse, Pantin
    Le 11/02/2005
    Vincent LE BARON

    La Danse, une histoire à ma façon, de Dominique Boivin au Centre national de la Danse, Pantin.
    La Danse, une histoire à ma façon
    chorégraphe et interprète : Dominique Boivin

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com