altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 04 juin 2020

Spectacle annuel de l'Ecole de Danse de l'Opéra de Paris au Palais Garnier, Paris.

L'enchantement de l'Ecole de l'Opéra
© Icare

Scaramouche, de José Martinez.

Comme tous les ans, le spectacle de l'Ecole de Danse de l'Opéra est un des moments forts de la saison chorégraphique. Le premier programme de l'ère Platel, entre Le Tombeau de Couperin de Balanchine, la création de Scaramouche de José Martinez, et Les deux pigeons de Louis Mérante et Albert Aveline, était un enchantement.
 

Palais Garnier, Paris
Le 03/04/2005
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Chaque fois on se laisse prendre Ă  se poser les mĂŞmes questions. Comment ces jeunes, ces très jeunes mĂŞme, font-ils pour avoir une telle assurance en scène, un tel abattage, un tel professionnalisme, Ă  l'âge oĂą les autres apprennent encore Ă  s'exprimer correctement oĂą tentent plus ou moins vainement de passer le bac ? Dès le premier ballet du programme, le très raffinĂ© et donc difficile Tombeau de Couperin de George Balanchine sur la suite de Ravel, on comprend que le cru 2005 prĂŞt Ă  sortir de l'Ecole contient de parfaits professionnels et quelques personnalitĂ©s Ă©videntes. Le travail est parfait de prĂ©cision, d'Ă©lĂ©gance, de vĂ©ritĂ©, d'exactitude. Avec en prime le style et la joie de danser.

    Cette joie on la retrouve avec les « petits Â» pour lesquels l'Ă©toile JosĂ© Martinez a crĂ©Ă© un dĂ©lectable Scaramouche sur la partition pour deux pianos de Darius Milhaud, fort bien interprĂ©tĂ©e ici par Vessela Pelowska et Michel Dietlin. Mi clin d'Âśil au grand rĂ©pertoire maison, mi commedia dell'arte, ce ravissant spectacle est vif, drĂ´le, inventif, passant du théâtre au mime et Ă  la danse avec une dextĂ©ritĂ© toujours adaptĂ©e aux possibilitĂ©s techniques des enfants. Car il est inutile de se soucier de leurs possibilitĂ©s artistiques : elles paraissent illimitĂ©es.

    © Icare

    C'est l'excellent Allister Madin, un « grand Â» de première division, donc prĂŞt Ă  entrer dans la compagnie, qui mène le jeu en Scaramouche., avec humour et Ă©clat. Un beau danseur remarquĂ© aussi dans Balanchine pour son comportement et son physique très scĂ©niques et une manière gĂ©nĂ©reuse de danser. Et puis il y a l'irrĂ©sistible mini danseur Ă©toile Lucca Fabiani, tellement pro et efficace dans l'humour comme dans la danse. Tous les autres sont Ă  la hauteur, des petites souris aux ballerines dans de brefs pastiches de la Bayadère ou d'Etudes. Un moment de pur bonheur, d'autant que les costumes dessinĂ©s par Agnès Letestu sont pleins de charme et d'originalitĂ©. Un authentique talent en ce domaine aussi !

    Morceau de bravoure de la soirée, Les deux pigeons, de Mérante et Aveline ont été remontés par l'irremplaçable Christiane Vaussard, immense pédagogue et maître de ballet. Et bien sûr, on ne peut que dire une fois encore que bien des compagnies de par le monde seraient heureuses de présenter des solistes comme Eléonore Guérineau (Courouli), Daniel Stokes (le Chef des Gitans) ou Marine Ganio-Khalfouni (Djali). Même si d'aussi fortes personnalités que les Guillem, Pietragalla, Maurin et autres stars de la génération dite « dorée » ne s'imposent pas encore vraiment, une très solide relève est incontestablement assurée.




    Palais Garnier, Paris
    Le 03/04/2005
    GĂ©rard MANNONI

    Spectacle annuel de l'Ecole de Danse de l'Opéra de Paris au Palais Garnier, Paris.
    Le Tombeau de Couperin
    chorégraphie : George Balanchine

    Scaramouche
    chorégraphie : José Martinez (création mondiale)

    Les deux pigeons
    chorégraphie : Louis Mérante et Albert Aveline

    Par les élèves de l'Ecole de danse de l'Opéra de Paris.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com