altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 01 juin 2020

Les 4 saisons
d'Angelin Preljocaj au Théâtre de la Ville, Paris.


Preljocaj au beau fixe
© Laurent Philippe

Valeur sûre de sa génération depuis déjà vingt ans, Angelin Preljocaj dévoile à Paris, après sa création cet été dans le sud de la France, sa dernière création : les 4 saisons
Œuvre essentiellement légère et enjouée, dans laquelle on trouvera également licence et angoisse. On a pourtant connu plus audacieux au Théâtre de la Ville.

 

Théâtre de la Ville, Paris
Le 27/09/2005
Vincent LE BARON
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Depuis Near Life Experience, le Songe de MĂ©dĂ©e et N, Angelin Preljocaj explore les aspects les plus sombres et obscurs de l'humanitĂ©. Changement de ton avec les 4 Saisons
    L'idĂ©e d'exploiter cette partition de Vivaldi injustement snobĂ©e surprend, mĂŞme si elle s'avère avec Caligula de Nicolas Le Riche très « tendance Â» pour cette rentrĂ©e. La simple Ă©coute de l'enregistrement du Venice Baroque Orchestra, dirigĂ© par Giuliano Carmignola, rĂ©concilie les plus sceptiques avec ce chef-d'oeuvre.

    Le travail de Preljocaj ne peut ĂŞtre prĂ©sentĂ© dissociĂ© de celui de son acolyte pour l'occasion, Fabrice Hyber qui signe une « chaosgraphie Â». Artiste plasticien et provocateur mondialement cĂ©lèbre, il livre Ă  l'inspiration du chorĂ©graphe et de ses interprètes objets, costumes et sa marque de fabrique, les POF (Prototypes d'Objets en Fonctionnement). Loin d'ĂŞtre prĂ©tentieux ou outrageusement conceptualiste, le rĂ©sultat se rĂ©vèle intriguant ou franchement divertissant.

    © J. C. Carbonne

    Pour un chorégraphe comme un réalisateur de cinéma ou un écrivain considéré comme sérieux, toute incursion dans un registre plus léger comprend une part de risque. Ainsi, ces 4 Saisons
    avec leur esthétisme et leur immédiateté dérangent le public le plus critique. De même, les plus cultivés reprochent quelques emprunts, assez évidents il est vrai, à Pina Bausch, José Montalvo ou encore Philippe Découflé. Il ne faut pas oublier qu'en danse, comme pour bien des arts, sans parler école ou filiation, on doit reconnaître l'existence de mouvements, de tendances ou pour le moins de citations plus ou moins conscientes.

    Côté danseurs, les douze interprètes du Ballet Preljocaj forment un ensemble cohérent et coloré. Les physiques sont certes différents mais ils s'opposent et se répondent harmonieusement. Comme Pina Bausch, Preljocaj donne à chacun solo, duo ou personnage adapté à son corps et personnalité.
    Derrière ces apparences et au gré des saisons, il glisse en forme de menace météorologique des passages plus tourmentés. Convulsions mal maîtrisées, sexe licencieux avec des lolitas exotiques, il ne se complait pas dans un univoque divertissement.

    Rentrée sans danger pour le public du Théâtre de la Ville habitué à plus d'audace. Représentation sans abonnés quittant furieux leur siège en plein spectacle, sans doute prémices d'une saison assagie.




    Théâtre de la Ville, Paris
    Le 27/09/2005
    Vincent LE BARON

    Les 4 saisons d'Angelin Preljocaj au Théâtre de la Ville, Paris.
    Les 4 Saisons

    chorégraphie : Angelin Preljocaj

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com