altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 03 juin 2020

Création au Théâtre Mogador de Paris du Lac des cygnes de Tchaïkovski dans la chorégraphie de Matthew Bourne.

Solide lac entre garçons

C'est la saison des Lacs. Après celui du Mariinski au Châtelet, en attendant la reprise de celui de Noureev à l'Opéra, voici celui de Matthew Bourne à Mogador, une production qui a pour particularité de ne proposer que des cygnes masculins et qui résiste au rude traitement d'une longue tournée, et un divertissement idéal pour les fêtes.
 

Théâtre Mogador, Paris
Le 30/11/2005
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lamé, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Là où la chorégraphie de cette étonnante version du Lac des cygnes montre sa force, c'est que le ballet en tant que tel résiste à la détérioration inévitable de ce genre de tournées. Aucun des interprètes vus à Mogador ne manque de talent. Personne ne ménage ses forces. Tout le monde se donne avec le plus total professionnalisme, même si le résultat général est bien loin de ce que nous avons pu voir au moment de la création de l'oeuvre il y a dix ans. On ne peut garder aussi longtemps, surtout pour des tournées mondiales, une troupe ni des solistes de cette qualité.

    Alors, ici, il faut bien le reconnaître, les physiques sont moins homogènes, la danse moins parfaite, les rôles tenus avec une certaine outrance. C'est le cas d'Agnes Vanderprote, fort drôle, mais qui en fait vraiment des tonnes. Quant à Alan Vincent qui incarne ce soir le double rôle du cygne blanc et de l'Étranger, image du cygne noir selon Bourne, il est bien trop massif, velu et pas assez bon danseur pour approcher Adam Cooper, créateur du rôle et étoile du Royal Ballet, dans la première partie.

    Il se rachète en pantalon de cuir et redingote noir en seconde partie, car là, il peut bouger et danser comme dans une comédie musicale. Mais vraiment, avec ses plumes blanches et son embryon d'estomac, il est à côté du problème quand il s'essaie à des pas proches de la danse classique. Par ailleurs, les ensembles sont parfois approximatifs et toute la partie poétique et assez magique de la scène du lac y perd beaucoup.



    Mais malgré ces inconvénients, le ballet lui-même apparaît toujours comme extrêmement astucieux, inventif, bien chorégraphié, mêlant parodie comique et drame, flirtant sans cesse avec l'allusion historique directe sans jamais y tomber complètement, multipliant les citations de pas du répertoire traditionnel en une série de clins d'œils irrésistibles. C'est remarquablement construit, mené par une pensée cohérente à la fois parodique et très grave, voire cruelle.

    Le fait que les cygnes soient masculins paraît aujourd'hui anecdotique car bien d'autres chorégraphes ont fait ce choix, et la conclusion à tendance gay est bien trop touchante pour choquer. Finalement, le public qui n'a dans sa majorité pas de points de comparaisons, s'amuse, s'intéresse, et voit là, sans le savoir, plutôt une comédie musicale dansée que l'authentique ballet d'origine.

    Signalons quand même que ce Lac selon Matthew Bourne existe en DVD avec Adam Cooper et qu'il vaut largement la peine d'être regardé. Pour la période des fêtes, ce Swan Lake, en dépit des réserves que l'on est en droit de formuler, constitue un divertissement adéquat et original. Mais pourquoi avoir attendu dix ans pour l'accueillir à Paris ?




    Théâtre Mogador, Paris
    Le 30/11/2005
    Gérard MANNONI

    Création au Théâtre Mogador de Paris du Lac des cygnes de Tchaïkovski dans la chorégraphie de Matthew Bourne.
    Le Lac des cygnes
    chorégraphie : Matthew Bourne
    musique : Piotr Ilitch Tchaïkovski
    Alan Vincent (le Cygne / l'Étranger), Soimon Wakefield (le Prince), Agnes Vandrepote (la Princesse française), Saranne Curtin (La Reine), Alan Mosley (le Secrétaire particulier).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com