altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 30 mai 2020

Reprise de la Bayadère dans la chorégraphie de Rudolf Noureev à l'Opéra de Paris.

La Bayadère 2006 (1) :
Hervé Moreau danseur étoile

© Anne Deniau

Hervé Moreau (Solor)

Belle reprise √† l'Op√©ra Bastille de la version Noureev de la Bayad√®re qui a valu √† Herv√© Moreau, premier danseur rempla√ßant Nicolas le Riche bless√©, une nomination d'√©toile bien m√©rit√©e. Une soir√©e toute particuli√®re pour un artiste qui venait de triompher dans le p√©rilleux r√īle de Solor aux c√īt√©s d'Aur√©lie Dupont et Doroth√©e Gilbert.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 03/03/2006
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lam√©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • On s'en doutait un peu ! Lorsqu'on apprit que Nicolas Le Riche initialement pr√©vu aupr√®s d'Aur√©lie Dupont et de Doroth√©e Gilbert pour cette premi√®re de la reprise de la Bayad√®re √©tait bless√© et serait remplac√© par Herv√© Moreau, ce dernier semblait tout pr√®s d'une nomination qui s'annon√ßait de toute mani√®re dans un avenir proche. Pur produit de l'√Čcole de danse de l'Op√©ra, grand, tr√®s √©l√©gant, physique de prince id√©al, Herv√© Moreau avait d√©j√† paru au meilleur niveau dans diff√©rents r√īles d'√©toile. Mais ici, il lui a fallu apprendre le difficile r√īle de Solor qui comporte deux variations tr√®s acrobatiques et beaucoup de mimodrame et de jeu th√©√Ętral en une dizaine de jours seulement, un vrai d√©fi.

    Il s'impose d√®s le premier acte, o√Ļ il y a pourtant peu √† danser, par un tr√®s beau travail de bras, et une belle compr√©hension de la technique du mimodrame. Au deuxi√®me acte, il assure avec une apparente s√©r√©nit√© les difficult√©s techniques de l'adage et de sa variation et, au troisi√®me acte, pourtant en principe le plus p√©rilleux √† tous √©gards, il enflamme r√©ellement le public par son √©clat, sa facilit√©, et une fois encore l'√©l√©gance d'un style √† la danse large, ais√©e et souple.

    Quand Gerard Mortier et Brigitte Lef√®vre surgissent sur sc√®ne aux tous derniers saluts pour annoncer sa nomination, la nouvelle √©toile para√ģt totalement surprise et incapable de comprendre vraiment ce qui lui arrive. Applaudi par tous les autres danseurs sur le plateau, tr√®s longuement acclam√© par un public vraiment enthousiaste, il devait reconna√ģtre plus tard : ¬ę J'avais l'impression d'√™tre le spectateur d'une sc√®ne qui ne me concernait pas ! Je voyais Doroth√©e et Aur√©lie me regarder en riant et pleurant √† la fois. Les autres aussi, mais j'√©tais totalement abasourdi. Je ne m'attendais pas du tout √† √™tre nomm√© ce soir-l√† et savourais simplement une impression de d√©tente, heureux d'√™tre arriv√© correctement au bout d'un ballet appris si vite. Cette nomination m'a totalement pris par surprise ! ¬Ľ

    © Anne Deniau

    Il pense maintenant pouvoir mieux ma√ģtriser et g√©rer sa carri√®re et se montre tr√®s conscient des nouvelles responsabilit√©s qui lui incombent, m√™me s'il lui faut encore un peu de temps pour bien assimiler ce qui vient de lui arriver. Ses deux partenaires f√©minines ont √©t√© chacune √† leur mani√®re √† la hauteur des circonstances. Pr√©cise, belle, √©l√©gante, po√©tique, √©mouvante, Aur√©lie Dupont est √† nouveau une Nikya d'anthologie, portant √† leur sommet les plus belles qualit√©s de l'√©cole fran√ßaise, avec en plus cette petite pointe de chic personnel qui la distingue de toute autre ballerine. Aussi bouleversante dans ses danses du deuxi√®me acte qu'√©tourdissante techniquement dans l'acte des ombres, elle a visiblement contribu√© au premier chef √† la r√©ussite d'Herv√© Moreau.

    Quant √† la premi√®re danseuse Doroth√©e Gilbert qui abordait le r√īle de Gamzatti, elle a confirm√© tous les espoirs que l'on met en elle depuis quelque temps. Grande technique, superbe √©clat sc√©nique, sens du th√©√Ętre, vrai temp√©rament, c'est une grande nature, exactement le type de ballerine qu'il faut √† la danse pour fasciner les publics du XXIe si√®cle. On a admir√© aussi le bel Idole dor√© d'Emmanuel Thibault, le toujours subjuguant Rajah de Jean-Marie Didi√®re, mais on regrette que les trois premi√®res danseuses en charge des variations du troisi√®me acte paraissent se contenter d'aligner les pas sans chercher √† s'en servir pour raconter ou communiquer quelque chose. Elles √©taient sans doute plus pr√©occup√©es par leurs prises de r√īle √† venir qui en Gamzatti, qui en Nikya, pour s'int√©resser vraiment au spectacle de ce soir-l√†.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 03/03/2006
    Gérard MANNONI

    Reprise de la Bayadère dans la chorégraphie de Rudolf Noureev à l'Opéra de Paris.
    La Bayadère
    Ballet de Rudolf Noureev d'après Petipa
    décors : Ezio Frigerio
    costumes : Franca Squarciapino
    éclairages : Vinicio Cheli
    Avec les étoiles et le corps de ballet de l'Opéra national de Paris.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com