altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 05 juin 2020

Para-Dice, de Saburo Teshigawara, Selon Désir, d'Andonis Foniadakis et Loin, de Sidi Larbi Cherkaoui par le Ballet du Grand Théâtre de Genève au Théâtre national de Chaillot, Paris.

Larbi un point c'est tout
© GTG / Mario del Curto

Le Ballet du Grand Théâtre de Genève se présente en tournée au Théâtre national de Chaillot avec un programme contemporain de qualité. Trois oeuvres au style propre, dont les pièces Para-Dice de Teshigawara et Selon Désir de Foniadakis, mais avec surtout la création française de Loin du chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui qui mérite à elle seule le déplacement.
 

Théâtre national de Chaillot, Paris
Le 22/02/2006
Vincent LE BARON
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lamé, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Le Ballet du Grand Théâtre de Genève, selon la formule de son directeur Philippe Cohen a « entamé une refonte de son répertoire sans s'interdire d'explorer des territoires inhabituels Â». Un peu comme sa voisine du Lyon Opera Ballet, la compagnie réunit moins de trente danseurs à la formation classique, capables d'affronter des oeuvres classiques, néo-classiques et le meilleur du contemporain, telle cette pièce complexe et complète du jeune et déjà célèbre Sidi Larbi Cherkaoui.

    Para-Dice

    Avec Para-Dice, le japonais Saburo Teshigawara livre une nouvelle pièce à l'esthétique séduisante et au mouvement bien tempéré. Les huit danseurs exécutent et reprennent des phrases chorégraphiées de manière volontairement répétitive, évoluant de manière sérielle sur une création sonore électronique de Willi Bopp. Derrière cette mécanique un peu aléatoire mais bien huilée, on distingue des danseurs de talent au physique et au parcours très variés, un creuset au bord du lac Léman représentatif du caractère international de la ville.

    Selon Désir

    Selon Désir du grec Andonis Foniadakis double l'effectif de danseurs et débute par le massacre des choeurs enregistrés de la Passion selon Saint-Jean de Bach. Passée cette introduction trash un peu gratuite, les transes et la course des interprètes convainquent tièdement. Sans conservatisme exacerbé, le mouvement, assez trivial parfois, pêche principalement par son côté univoque. L'ensemble d'une vingtaine de minutes ne connaît pas de progression ou ne livre aucun message qui permettrait de retenir l'attention. Les costumes, inspirés de la Rome antique ou de nippes dignes des Deschiens – chez eux à Chaillot – n'ajoutent rien.

    Loin

    La soirée aurait pu débuter et s'achever après les cinquante minutes d'art à l'état brut de Loin, la nouvelle chorégraphie de Sidi Larbi Cherkaoui. Coqueluche ces dernières années des abonnés du Théâtre de la Ville, produit gantois des Ballets C. de la B., l'artiste talentueux est également sollicité par des compagnies plus classiques comme le Ballet du Grand Théâtre de Genève ou les Ballets de Monte-Carlo. L'univers familier du chorégraphe, mêlant une gestuelle fluide, le chant a cappella et le texte demeure. La technique des danseurs genevois rappelle leur formation plus académique que celle des danseurs avec lesquels Cherkaoui travaille habituellement en Belgique.

    Le résultat enrichit ainsi son répertoire et le chorégraphe n'hésite pas à exploiter les qualités de partenaires ou le placement de ces danseurs protéiformes. Le propos laisse libre cours à l'imagination : invitation au voyage ou plaidoyer pour un art immatériel, fait de déracinements. Chaque séquence contient un rythme propre et s'achève sur des figures originales très picturales. La scénographie et les lumières de Wim van de Cappelle participent de l'impression de mystère et de séduction qui baigne l'oeuvre.

    Le programme, mixte, selon la formule, donne envie de voir et revoir cette compagnie, comme d'approfondir l'oeuvre des chorégraphes invités. Elle confirme la richesse de cette saison chorégraphique à Chaillot qui promet encore quelques très riches soirées de danse printanières.




    Théâtre national de Chaillot, Paris
    Le 22/02/2006
    Vincent LE BARON

    Para-Dice, de Saburo Teshigawara, Selon Désir, d'Andonis Foniadakis et Loin, de Sidi Larbi Cherkaoui par le Ballet du Grand Théâtre de Genève au Théâtre national de Chaillot, Paris.
    Para-Dice
    chorégraphie : Saburo Teshigawara

    Selon Désir
    chorégraphie : Andonis Foniadakis

    Loin
    chorégraphie : Sidi Larbi Cherkaoui

    Ballet du Grand Théâtre de Genève

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com