altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 30 mai 2020

D'un soir un jour, d'Anne Teresa de Keersmaker au Théâtre de la Ville, Paris.

L'éblouissement Keersmaker
© Hermann Sorgeloos

Une somptueuse démonstration de style, d'imagination, de musicalité, bref, de talent. Anne Teresa de Keersmaker se montre plus créative et plus subtile que jamais. Sur de magnifiques musiques, un éblouissement et un régal absolus que ce D'un soir un jour présenté au Théâtre de la Ville de Paris.
 

Théâtre de la Ville, Paris
Le 01/06/2006
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lamé, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Quand on attend beaucoup d'un spectacle, il arrive qu'on soit déçu. Avec Anne Teresa de Keersmaker, la déception n'est jamais au rendez-vous. Et cette fois, c'est avec une vraie jubilation que l'on voit ce travail d'une finesse, d'une vitalité, d'une imagination fascinants.

    En deux fois cinquante minutes, sur des musiques superbes et variées qui constituent à la fois un univers de contrastes et une unité, la chorégraphe déploie des trésors infinis d'inspiration, d'imagination, inventant, renouvelant, détournant le langage de la danse. Mais qu'on ne s'y trompe pas : tout n'est que danse pure, c'est-à-dire langage du corps, ce que seul le corps peut exprimer, sans aucun recours à la parole ni aux gadgets à la mode. Quelle leçon pour tant de créateurs actuels ! Et quelle hypocrisie à ne pas vouloir reconnaître qu'avec le talent adéquat, un chorégraphe peut toujours aujourd'hui s'exprimer de cette manière, sans être ni ringard, ni qualifié de ces adjectifs de classique ou de néoclassique lourds d'ignominie !

    Totalement original, personnel et vivifiant, tirant sa force de l'imagination créatrice de toute la compagnie en osmose avec sa directrice et chorégraphe, D'un soir un jour marque très certainement un nouveau point d'évolution d'Anne Teresa de Keersmaker vers une pureté de langage toujours plus affinée et plus libre. L'évocation féminine du faune de Nijinsky, comme les extraits de la si poétique fin du Blow up d'Antonioni, sont utilisés avec la plus parfaite intelligence et s'intègrent avec naturel dans le propos général.

    Ce sont de vrais apports et non un simple clin d'œil ni une simple citation. Tout, d'ailleurs, est construit avec une science qui force l'admiration, et qui se fait oublier pour ne laisser que l'impression d'une quasi improvisation et d'un déroulement spontané, logique malgré ses surprises permanentes. Le choix des musiques relève des mêmes architectures. Il y a de la vie, de la couleur, un travail aussi intellectuel que physique, un ensemble qui engendre chez le spectateur une multitude de sensations et d'émotions, souvent très personnelles, prenantes, intimes. On ne peut pas sortir tout à fait indemne d'un tel spectacle.




    Théâtre de la Ville, Paris
    Le 01/06/2006
    Gérard MANNONI

    D'un soir un jour, d'Anne Teresa de Keersmaker au Théâtre de la Ville, Paris.
    D'un soir un jour
    chorégraphie : Anne Teresa de Keersmaker
    vocabulaire de danse : Anne Teresa de Keersmaker, Rosas, David Hernandez, Joji Inc.
    Fragment de chorégraphie originale : Prélude à l'après-midi d'un faune, de Vaslav Nijinski
    film : Blow-up, de Michelangelo Antonioni
    décors et éclairages : Jan Jori Lamers
    costumes : Tim Van Steenbergen
    musique : Claude Debussy, Igor Stravinski, George Benjamin
    Créé avec et dansé par les danseurs de Rosas

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com