altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 30 mai 2020

Don Quichotte dans la chorégraphie de Nanette Glushak d'après Marius Petipa au Théâtre du Capitole, Toulouse.

Un Don Quichotte de haut vol
© David Herrero

Après une remarquable Mégère apprivoisée la saison passée, encore une brillante version de Don Quichotte inspirée par Petipa à Nanette Glushak. La directrice du Ballet du Capitole de Toulouse reste fidèle à l'esprit de l'oeuvre tout en apportant son lot d'idées personnelles. Une belle réussite pour un compagnie décidément de grande qualité.
 

Théâtre du Capitole, Toulouse
Le 27/10/2006
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lamé, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Il n'est jamais facile de remonter ces grands standards du répertoire généralement réservés aux compagnies historiques et pourvues d'un nombre impressionnant de danseurs. Et pourtant, avec du talent, de l'esprit et une compagnie dûment préparée, la réussite peut être au rendez-vous. On le vit voici quelques années à Marseille avec Marie-Claude Pietragalla, puis à Bordeaux avec Charles Jude.

    Aujourd'hui, c'est Nanette Glushak qui s'inscrit à son tour dans cette intéressante tradition. La compagnie du Capitole, on le sait, est l'une des toutes meilleures de France, mais encore fallait-il savoir adapter chorégraphie et histoire à ses moyens qui, malgré la qualité des danseurs, ne sont pas ceux de l'Opéra de Paris, du Mariinski ou du Bolchoï.

    S'appuyant sur les résultats d'une excellent travail de base mené depuis plus de dix ans et sur de remarquables solistes déjà acclamés lors de la production de la Mégère apprivoisée de Cranko l'an dernier, la directrice chorégraphe a gardé l'essentiel de l'anecdote et les principaux éléments de la chorégraphie d'origine pour les premiers et troisième actes, laissant libre cour à son inspiration et à son imagination pour l'essentiel du deuxième, où elle imagine de manière très poétique et intelligente que Don Quichotte, assommé par les moulins à vent, revit quelques épisodes de sa vie amoureuse, au lieu de se retrouver au milieu des traditionnelles dryades.

    Cela permet notamment à plusieurs ballerines de danser des solos bien chorégraphiés, montrant ainsi la qualité du travail individuel de la compagnie. Le personnage de Don Quichotte, qui y apparaît dans sa jeunesse, prend aussi une autre importance dramatique et chorégraphique. Par ailleurs, tout est réglé avec rigueur, précision et rapidité, permettant à l'ensemble de la compagnie de danser, et pas seulement aux solistes.

    On retrouve dans les deux rôles principaux de Kitri et de Basile les deux danseurs qui contribuèrent tant au succès de la Mégère apprivoisée. Vive, étincelante, drôle, superbe technicienne, Maria Gutierrez déploie tous les trésors de sa magistrale technique classique. On lui pardonnera aisément des ultimes fouettés inutilement compliqués et un peu ratés à la fin de la coda du pas de deux du mariage, coda un peu confuse aussi du côté de Breno Bittencourt.

    Mais celui-ci avait été de bout en bout si convaincant en Basile, qu'il a droit également à toutes les indulgences pour cette passagère faiblesse. Car voilà un superbe danseur, élégant, rapide, maîtrisant avec panache tous les aspects de la technique nécessaire pour ce répertoire. Tous les autres rôles sont tenus avec la même aisance et la même qualité de travail.

    Danser avec l'Orchestre du Capitole dans la fosse est un avantage incontestable, tout comme être entouré de décors tout neufs, même si leur esthétique est un peu inégale. Il faut espérer que la compagnie pourra maintenant montrer en tournée ce spectacle très significatif des efforts réalisés en ce domaine par le Capitole et qui fait honneur à l'image culturel de la ville de Toulouse.




    Théâtre du Capitole, Toulouse
    Le 27/10/2006
    Gérard MANNONI

    Don Quichotte dans la chorégraphie de Nanette Glushak d'après Marius Petipa au Théâtre du Capitole, Toulouse.
    Don Quichotte
    chorégraphie : Nanette Glushak et Marius Petipa
    musique : Ludwig Minkus
    décors : Emilio Carcano
    costumes : Joop Stokvis
    éclairages : Vinicio Cheli
    Orchestre national du Capitole
    direction : Enrique Carreon-Robledo
    Ballet du Capitole

    Avec : Maria Gutierrez (Kitri), Breno Bittencourt (Basilio), Paola Pagano (Dulcinea), Luca Masala (Don Quichotte), Pedro Lozano (Sancho Panza), Minh Pham (Espada), Michel Rahn (Gamache), Patrick Segot (Lorenzo), Juliana Bastos (Mercedes).
     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com