altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 01 juin 2020

Incidence chorégraphique au Forum du Blanc-Mesnil.

Démonstration par l'exemple
© Laurent Herrera

Béatrice Martel et Florian Magnenet dans Raymonda.

Sous la houlette de Bruno Bouché, Sujet dans le Corps de Ballet de l'Opéra national de Paris, les danseurs du groupe Incidence chorégraphique ont une fois encore montré à quel point notre première compagnie nationale est composée d'éléments polyvalents. Une belle démonstration d'éclectisme.
 

Forum, Blanc-Mesnil
Le 16/05/2007
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lamé, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Ils appartiennent à tous les échelons de la hiérarchie du Corps de Ballet et font preuve du même enthousiasme, du même désir de se produire de manière plus individuelle que le permet la tradition maison, même si la directrice du ballet Brigitte Lefèvre, qui autorise ces manifestations avec bienveillance, s'efforce de mettre en valeur tout un chacun sans trop s'arrêter aux strictes grades. Mais s'organiser entre soi et choisir ce que l'on va danser, c'est aussi un vrai plaisir. Et pour le public également, qui voit plus individuellement des personnalités en général un peu perdues dans la masse, pour certaines d'entre elles du moins.

    Du classique tout d'abord, avec le pas de six du deuxième acte de Raymonda, un peu flou parfois dans les ensembles, mais vaillamment défendu par les solistes, dont la très sure Béatrice Martel. Très beau pas de deux du premier acte du Lac des cygnes, avec la grande variation lente du Prince, somptueusement interprétée par José Martinez, et le pas de deux lui-même, la jeune et très intéressante Laura Hecquet étant une Odette d'avenir. Lac des cygnes encore, pour le Cygne noir, avec toujours Laura Hecquet et cette fois Florian Magnenet, bon physique et danse assurée.

    Classiques ou néoclassiques ? L'Adagietto d'Oscar Araïz, ici avec Pauline Verdusen et Simon Valastro, très exacts, reste un gros succès public. La Farruca du meunier du Tricorne de De Falla et Massine sont trois minutes de bonheur absolu grâce à un magistral José Martinez dont la Delibes suite joue si intelligemment avec rigueur mais humour des principes de la grande danse académique, permettant une éblouissante démonstration de Bruno Bouché et de Ludmila Pagliero.

    Plus franchement contemporain, O, seconde version, de Luca Veggetti est défendu avec beaucoup de talent par Béatrice Martel, Ludmila Pagliero, Bruno Bouché et le toujours excellent Stéphane Bullion. Soli Ter de José Martinez, sur des musiques de Chopin, Saint-Saëns et Poulenc, est une pièce belle, étrange, impertinente, remarquablement dansée par Jean-Christophe Guerri, Simon Valastro et Allister Madin.

    Une soirée tonique, d'une haut niveau artistique, donnant une belle image des possibilités de nos danseurs de l'Opéra, des quadrilles aux Étoiles, et très appréciée par le public du Blanc-Mesnil qui emplissait la sympathique salle du Forum.




    Forum, Blanc-Mesnil
    Le 16/05/2007
    Gérard MANNONI

    Incidence chorégraphique au Forum du Blanc-Mesnil.
    Incidence chorégraphique : création et tradition.
    Chorégraphies de Marius Petipa, Nicolas Paul, Oscar Araïz, Luca Veggetti, José Martinez, Léonide Massine.
    Avec José Martinez, danseur étoile de l'Opéra national de Paris, et les danseurs de l'Opéra national de Paris du groupe Incidence chorégraphique.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com