altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 04 juin 2020

Reprise de Wuthering Heights de Kader Belarbi en ouverture de la saison de danse de l'Opéra de Paris.

Belarbi-Brontë, une alliance qui tient
© Anne Deniau

Marie-Agnès Gillot (Catherine) et Nicolas Le Riche (Heathcliff).

Créé en 2002 sur la scène du Palais Garnier, resserré à l'occasion de la reprise de 2005, Wuthering Heights de Kader Belarbi, d'après les Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë reste un ballet fort et très personnel, avec toujours ses défauts et ses qualités, et la très belle partition de Philippe Hersant.
 

Palais Garnier, Paris
Le 24/09/2007
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Les annĂ©es passent et le ballet de Belarbi tient la distance. Il justifie parfaitement sa place dans le rĂ©pertoire de l'OpĂ©ra. Le chorĂ©graphe a bien pensĂ© et structurĂ© l'anecdote, opposant les climats diffĂ©rents des deux parties, passant du rĂ©el Ă  l'imaginaire, et son style nĂ©oclassique bien maĂ®trisĂ© permet toujours de mettre en valeur les qualitĂ©s techniques et dramatiques des interprètes.

    Marie-Agnès Gillot, décidément magistrale dans ces rôles habités, Nicolas le Riche très investi dans les deux visages de son personnage, restent exemplaires à tous égards. Jean-Marie Didière (Joseph) est irremplaçable dans ce type de rôle où l'intériorité de l'interprète engendre un rayonnement théâtral fascinant. Tous les autres sont excellents, notamment Stéphane Bullion qui reprenait le rôle de Hindley que Wilfried Romoli avait si fortement marqué.

    Et puis, il y a la très sobre mais efficace scénographie de Peter Pabst et la partition de Philippe Hersant, un vrai travail de théâtre, une musique expressive, écrite avec autant de talent que d'intelligence, absolument adaptée au propos. C'est un bel exemple des collaborations chorégraphe-compositeur qui ont toujours marqué l'histoire de la danse.

    L'Opéra de Paris est une structure assez importante pour se permettre ce type de coûteuse entreprise de temps à autre. Il est fondamental qu'elle continue à le faire, même s'il existe toujours un risque d'échec. Patrice Bart, Kader Belarbi, Nicolas Le Riche, Jean-Guillaume Bart, José Martinez pour l'École de danse – mais à quand un ballet de ce dernier pour la grande compagnie ? – ont notamment montré que la maison ne manquait pas de possibilités créatrices, sans parler des spectacles Danseurs chorégraphes dont certaines personnalités de la jeune génération pourraient aussi sortir du lot.

    On sait que Brigitte Lefèvre est très attentive à cet aspect de la vie du ballet et de la programmation. Il n'y a aucune raison de ne pas lui faire confiance pour continuer cette politique si importante pour la survie de la danse classique et néoclassique.




    Palais Garnier, Paris
    Le 24/09/2007
    GĂ©rard MANNONI

    Reprise de Wuthering Heights de Kader Belarbi en ouverture de la saison de danse de l'Opéra de Paris.
    Wuthering Heights, ballet en deux parties d'après le roman d'Emily Brontë (2002)
    chorégraphie et mise en scène : Kader Belarbi
    adaptation : Agathe Berman & Kader Belarbi
    musique : Philippe Hersant.
    scénographie et éclairages : Peter Pabst
    costumes : Elsa Pavanel
    Orchestre de l'Opéra national de Paris
    direction musicale : Koen Kessels

    Avec :
    Marie-Agnès Gillot, Nicolas Le Riche, Jean-Guillaume Bart, Nolwenn Daniel, Stéphane Bullion, Jean-Marie Didière, Aurélia Bellet, Muriel Zusperreguy, Gil Isoart et le Corps de ballet de l'Opéra national de Paris.

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com