altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 04 juin 2020

Myth, de Sidi Larbi Cherkaoui au Théâtre de la Ville, Paris.

Cherkaoui dans le flou
© Koen Broos

Déception incontestable que ce Myth très attendu de Sidi Larbi Cherkaoui au Théâtre de la Ville. Un travail soigné et des interprètes valeureux, mais un propos qui sombre trop vite dans la confusion et l'obscurité. Le public d'ordinaire si chaleureux aurait même tendance à filer à peine la pièce terminée. Dommage !
 

Théâtre de la Ville, Paris
Le 25/09/2007
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lamé, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • C'était une soirée très attendue. Elle proposait la toute dernière pièce de Sidi Larbi Cherkaoui, à juste titre considéré comme personnalité majeure du monde contemporain dans le domaine du spectacle vivant dansé. Et puis, c'était la première apparition dans ce lieu en tant que successeur désigné de Gérard Violette d'Emmanuel Demarcy-Mota. D'où la présence du Maire de Paris Bertrand Delanoë, de son adjoint à la culture Christophe Girard et de quelques people comme Claire Chazal, habituée du ballet il est vrai, ou Jean-Paul Gautier.

    Un gros quarteron d'invités aussi, qui fut bien utile en fin de soirée pour que le spectacle obtienne trois rappels. On a frisé les deux, la majorité de l'assistance ayant commencé à quitter ses places à peine la pièce terminée. Ceci est à souligner, non par mauvais esprit ni goût du dénigrement cancanier mais parce que c'est absolument inhabituel dans cette salle où les créateurs ont un public très passionné et très fervent. Pour Sidi Larbi Cherkaoui, qui y a conquis ses lettres de grand chorégraphe, c'est un signe, celui que quelque chose n'avait pas fonctionné dans cette création qui est apparue ennuyeuse, répétitive et absconse.

    Que l'on ait lu le texte du programme avant ou après le spectacle, il faut bien avouer que l'impression est que rien ou presque des intentions du chorégraphe ne passe la rampe. Un décor façon Pina Bausch première manière, d'étranges personnages vêtus de noir façon Joseph Nadj première manière, une musique volontairement aride quoique fort bien interprétée, et surtout l'impression qu'au bout d'une heure il ne se passe plus rien de nouveau, que tout a été dit.

    Comme cela en dure deux, la lassitude apparaît vite, malgré le travail étonnant fait sur le corps des danseurs, un travail proche d'ailleurs des contorsionnistes de cirque, malgré quelques effets inattendus et parfois drôles. Mais ce que veut montrer Sidi Larbi Cherkaoui, la diversité de son approche des mythes et de mythologies avec de théoriques implications intellectuelles et des références précises, n'est pas lisible car tout se ressemble, se répète.

    Et puis, on regrette que quelqu'un d'aussi imaginatif et inspiré tombe dans le piège banal de ces bouts de textes souvent trop longs qui n'apportent rien, ne racontent rien, et ne semblent être là que pour donner une couleur intello au propos et le rallonger, bien inutilement. Tout créateur a droit à l'erreur. Les plus grands chorégraphes de tous les temps n'ont jamais, vraiment jamais, réussi tous leurs ballets. N'exigeons donc pas cela de nos contemporains, dont on exige en outre qu'ils créent bon gré mal gré à un rythme imposé par la demande et pas toujours par leur propre inspiration.

    Gardons la distance suffisante qui nous permet de ne pas considérer qu'une fois pour toute un tel ou une telle ne peut faire que des chefs-d'oeuvre. On aime vraiment Sidi Larbi Cherkaoui, son travail, ses idées, la plupart de ce qu'il nous a donné jusqu'à aujourd'hui. La déception causée par ce Myth n'y change rien.




    Théâtre de la Ville, Paris
    Le 25/09/2007
    Gérard MANNONI

    Myth, de Sidi Larbi Cherkaoui au Théâtre de la Ville, Paris.
    Myth
    mise en scène : Sidi Larbi Cherkaoui
    direction musicale : Patricia Bovi
    assistante à la chorégraphie : Nienke Reehorst
    scénographie : Wim Van de Cappelle & Sidi Larbi Cherkaoui
    costumes : Isabelle Lhoas & Frederick Denis
    éclairages : Luc Schaltin

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com