altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 30 mai 2020

Édition 2007 du Gala des Étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

Un cru sans prétention

Neuvième édition d'un gala au nom bien ronflant au Théâtre des Champs-Élysées. Un modèle d'un genre assez rare de représentations. Venus des quatre coins du monde de la danse, les pas de deux s'enchaînent avec quelques heureuses découvertes, mais aussi, il faut bien le dire, son lot de déceptions devant un niveau en-deçà des standards du genre.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 24/09/2007
Vincent LE BARON
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lamé, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Le Théâtre des Champs-Élysées accueille fidèlement aux premiers jours d'automne ce gala au nom franchement prétentieux des « Ã‰toiles du XXIe siècle Â», un marronnier à la qualité toujours improbable. Le principe consiste en une succession de pas de deux, morceaux de bravoure du répertoire classique ou pièces d'occasion facilement adaptables à ce type de démonstrations. Richard Stéphant et le couple Nadia et Solomon Tencer ont acquis par les ans du métier dans l'organisation du gala. Programmation et déprogrammation de dernière minute en sont la preuve.

    La soirée commence avec Ashley Bouder et Joaquim De Luz, le must des danseurs invités. Le couple en provenance du New York City Ballet exécute Tarentella de George Balanchine avec l'attaque, la rapidité et l'humour nécessaires à cette danse de caractère revisitée par le grand chorégraphe russe. Ashley Bouder représente actuellement la relève des principals féminins de la compagnie. Son partenaire se relève aussi à l'aise dans cette pièce si piégeuse. En deuxième partie, ils dansent Diane et Actéon, un style soviétique qui ne les effraie pas, une démonstration supplémentaire de technique et de virtuosité.

    Roberta Marquez, privée d'Ivan Putrov son acolyte principal du Royal Ballet de Londres danse d'abord avec son chorégraphe, Liam Scarlett. Le duo, sans grand caractère, précède le grand pas de Don Quichotte en seconde partie. La Brésilienne accomplit la plus grande partie des difficultés tandis que son partenaire dépêché de la même compagnie, l'Australien Steven McRae fait des miracles. Sans être véritablement l'hidalgo du rôle, il fait montre d'un saut et d'une extension peu communs, un danseur qui monte outre-Manche.

    Irina Dvorovenko et Maxim Beloserkovsky reviennent pour la troisième fois au Gala. Ils proposent le pas de deux du troisième acte de la Belle au bois dormant. Le style ne fait pas défaut. Néanmoins la danseuse agace par un sourire et des œillades par trop mécaniques. Les autres danseurs venus pour la plupart pour la première fois à Paris demeurent franchement en-deçà du niveau espéré pour ce type d'événement. Les pas de deux sélectionnés comme le Corsaire ne pardonnent rien mais après tout, le public est en droit d'attendre l'excellence.

    En fin de spectacle, les danseurs se retrouvent pour le défilé, une succession de tours, fouettés, jetés et autres figures périlleuses. Dans des costumes qui jurent les uns avec les autres et avec une musique qui sert de prétexte, l'ensemble n'est pas du meilleur niveau artistique et conclut la soirée sur une note quelque peu décevante.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 24/09/2007
    Vincent LE BARON

    Édition 2007 du Gala des Étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Les Étoiles du XXIe siècle
     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com