altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 03 juin 2020

Reprise de Don Quichotte dans la chorégraphie de Nanette Glushak au Théâtre du Capitole, Toulouse.

À la manière des grands
© David Herrero

Le Ballet du Théâtre du Capitole de Toulouse reprend sa production de Don Quichotte selon Nanette Glushak pour cinq représentations à Toulouse. Le temps d'un week-end, le Ballet du Capitole propose ce spectacle digne d'une grande compagnie nationale, adapté à la mesure de la compagnie toulousaine.
 

Théâtre du Capitole, Toulouse
Le 01/12/2007
Vincent LE BARON
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lamé, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Pour les Toulousains, l'Espagne picaresque et la Manche ne paraissent pas si lointaines. La photo des moulins en arrière-plan du visage de Kitri sur la place du Capitole a même des aspects d'évidence. Nanette Glushak, directrice du Ballet, a adapté la chorégraphie de Marius Petipa en 2006 pour ses trente-cinq danseurs. La danseuse new-yorkaise a bien connu l'oeuvre, notamment lorsqu'elle l'interprétait avec l'American Ballet Theatre qui en a fait l'une de ses pièces de signature depuis les années 1960.

    Prima la musica, avant la danse, il faut saluer l'Orchestre national du Capitole qui accompagne son Ballet. La partition de Ludwig Minkus est facilement considérée comme sans intérêt par les musiciens. Au contraire, les musiciens toulousains s'investissent dans ces deux heures de liesse catalane, une collaboration qui manque parfois aux plus grandes compagnies


    Le rideau s'ouvre sur une place à Barcelone, les décors peints d'Emilio Carcano séduisent immédiatement par leur chaleur et leur réalisme bien senti. Quelques éléments de décors simples n'entravent pas la scène relativement exiguë. Cette mise en scène simple et efficace facilite les tournées de cette production qui fera notamment étape prochainement en janvier au Mans, à Vichy et en banlieue parisienne.

    Pour cause de mauvaise blessure, Maria Lucia Segalin et David Galstyan remplacent Maria Gutierrez et Breno Bittencourt paraît-il enthousiasmants dans les rôles principaux. Leurs jeunes remplaçants affectionnent leur personnage et conquièrent un public séduit par tant de virtuosité.

    Nanette Glushak opte pour une Dulcinée différente de Kitri. La longue et séduisante Paola Pagano s'épanouit dans la chorégraphie réglée sur elle par sa directrice. L'influence de George Balanchine est patente, même si la version de Don Quichotte du grand chorégraphe russe n'a pas grand chose à voir avec la traditionnelle chorégraphie du français Marius Petipa – qui fit carrière en Russie.

    Les scènes de rue et de foule sont en partie amputées car elles demandent probablement plus de danseurs que la compagnie toulousaine n'en peut offrir. En revanche, l'enchaînement des scènes se fait plus rapidement et le ballet qui souffre parfois de quelques longueurs dans d'autres productions s'en trouve beaucoup plus enlevé. Un regret : l'absence de la variation de Basilio dans le Pas de deux du premier acte. Rien de compromettant pour le sens de l'histoire mais quelque nostalgie pour le balletomane.

    Le tableau du Rêve comporte aussi une chorégraphie de Nanette Glushak très librement inspirée de Petipa. Pas de dryades ni de tutus plateaux mais une proposition assez bien pensée qui met en scène un chevalier rajeuni, entouré de son amour de jeunesse et de ses amies.

    Les deux héros qui sont encore seulement demi-solistes dans le ballet – le troisième rang dans la compagnie toulousaine – assurent toutes les difficultés de ces trois actes assassins dont les moments saillants sont encore rapprochés dans cette production. Aussi est-il normal de percevoir un peu de trac ou de fatigue.

    Cinq représentations en deux jours et demi, jamais un tel rythme ne semble surmontable ! Le quotidien d'une trentaine de danseurs courageux, passionnés par la danse classique, qui, sortie de l'Opéra de Paris et du Ballet de Bordeaux, n'a plus en France d'autre lieu pour exister. Que Toulouse poursuive son credo artistique !




    Théâtre du Capitole, Toulouse
    Le 01/12/2007
    Vincent LE BARON

    Reprise de Don Quichotte dans la chorégraphie de Nanette Glushak au Théâtre du Capitole, Toulouse.
    Don Quichotte
    chorégraphie : Nanette Glushak d'après Marius Petipa

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com