altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 03 juin 2020

Programme Balanchine-Noureev-Forsythe du Ballet de l'Opéra à l'Opéra de Paris.

Grande revue de détail
© S√©bastien Math√©

Eléonora Abbagnato et Benjamin Pech (Artifact Suite).

Commencé les deux premiers soirs par le Défilé du Corps de Ballet dans le cadre peu adapté de la Bastille, ce programme Balanchine-Noureev-Forsythe du Ballet de l'Opéra de Paris est presque une revue de détail de la compagnie, tant par le choix des oeuvres que par les multiples possibilités de distribution offertes. Une très belle soirée.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 05/04/2008
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • Lam√©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • M√™me s'il est mieux √† sa place dans le cadre du Palais Garnier, le Grand D√©fil√© du Corps de Ballet de l'Op√©ra de Paris reste un moment fort, magique, m√™lant puissance et po√©sie. Et puis, il y a toujours la petite note d'√©motion, avec ceux qui d√©filent pour la derni√®re fois et ceux qui d√©filent pour la premi√®re. Ainsi va la vie de cette glorieuse compagnie !

    Néoclassique, classique, contemporain, Balanchine, Noureev, Forsythe, quoi de plus emblématique qu'une telle affiche pour ces danseurs qui restent les plus brillamment éclectiques au monde ? Cet éclectisme est d'ailleurs ici bien utile si l'on songe au casse-tête qu'un tel programme doit être pour Brigitte Lefèvre, directrice de la danse, à cause des blessures et indispositions diverses de ses danseurs !

    Un vrai jeu de chaises chorégraphiques dont les variations n'ont même pas le temps de toutes figurer sur les feuilles de distribution du jour ni d'être annoncées dans leur totalité avant le lever du rideau. Un tel remplacera un tel, mais il faut le remplacer dans cet autre ballet, ce qui implique de déplacer un tel qui sera remplacé par
    et ainsi de suite. Car la grille de ces dix-huit représentations est des plus mouvantes.

    Mais qu'importe ? Brigitte Lef√®vre, qui conna√ģt les danseurs comme si elle les avait cr√©√©s, ma√ģtrise ce jeu comme personne et quand le rideau se l√®ve, c'est d'embl√©e la joie pour les spectateurs, car justement on sait que tout un chacun peut passer sans probl√®me de Balanchine √† Noureev ou √† Forsythe, ou inversement, au m√™me niveau de qualit√©.

    Isabelle Ciaravola et Florian Magnenet (les Quatre tempéraments)/ © Sébastien Mathé

    De Balanchine, les Quatre tempéraments, sur la musique d'Hindemith, permettent une démonstration de rigueur, de musicalité, de style et de technique. Sans oublier le charme ni l'esprit. La grande tradition balanchinienne de la compagnie est au rendez-vous. Eléonora Abbagnato, Bruno Bouché, Myriam Ould-Braham, Simon Valastro, Isabelle Ciaravola et Florian Magnenet assurent avec panache l'exposition du Thème.

    Christophe Duquesne est ensuite un élégant Mélancolique secondé par Fanny Fiat et la toujours exceptionnelle Mathilde Froustey qui mériterait tellement d'être Première Danseuse. Dorothée Gilbert, magnifique, passionnante, vraie grande étoile en plein épanouissement, assure avec Alessio Carbone pétillant de vivacité le duo de Sanguin, avant que Mathieu Ganio ne soit le plus flegmatique des Flegmatiques et que Stéphanie Romberg ne trouve en Colérique un emploi qui met en valeur son tempérament et sa si intéressante personnalité. Du beau Balanchine.

    Une Raymonda digest

    Avec la version digest de Raymonda, plong√©e dans le classique maison traditionnel. On quitte un temps les collants acad√©miques pour retrouver les ors et les pourpres des costumes orientalisants de Nicholas Georgiadis. Vanessa Legassy et Alexis Renaud m√®nent une ardente Czardas avant que n'entrent en sc√®ne la subtile Delphine Moussin, Raymonda raffin√©e, d√©licate comme une porcelaine de S√®vres, avec pour Jean de Brienne un Karl Paquette tr√®s s√Ľr, tr√®s beau, exemplaire de professionnalisme.

    Henriette de grand luxe avec Doroth√©e Gilbert, aussi insolemment √† l'aise ici que partout ailleurs, et Cl√©mence haut de gamme avec √Čmilie Cozette, nettement sous employ√©e dans cette version abr√©g√©e. Malgr√© leur enthousiasme, Bertrand Belem et Gr√©gory Gaillard ne peuvent faire oublier Laurent Hilaire et Manuel Legris dans Bernard et B√©ranger. Mais qui le pourrait ? Comme dans les autres ballets de la soir√©e, de multiples autres distributions vont alterner dans les semaines qui viennent, permettant de mettre en valeur des danseurs de tous les √©chelons de la compagnie.

    Artifact Suite

    Et puis, contraste radical, absolu, avec l'extraordinaire Artifact Suite de William Forsythe. Mutation totale des danseurs qui se glissent comme naturellement dans un autre style de danse, une autre approche du mouvement, une autre énergie, même si on sait bien que les racines du langage de Forsythe sont classiques. Tout est beau dans cette pièce, la musique, les effets de lumière, les structures de la chorégraphie, les solos, les duos.

    Un grand moment de bonheur que l'on doit √† l'ensemble de la compagnie autant qu'aux solistes, El√©onora Abbagnato et Benjamn Pech, Laure Muret et St√©phane Phavorin. Il est bien typique du niveau de cette compagnie que l'on puisse m√™ler ainsi dans la plus r√©elle harmonie des √Čtoiles, des Premiers Danseurs et des Sujets.

    Quelle diff√©rence √©tablir ici entre une Laure Muret, artiste inspir√©e et accomplie et ceux qui sont au-dessus d'elle dans la hi√©rarchie ? On serait bien en peine de le dire. Ajoutons qu'Artifact Suite est sp√©cialement en valeur sur l'immense plateau de la Bastille o√Ļ ses diagonales, ses multiples assemblages de lignes et de g√©om√©tries complexes peuvent s'organiser, se d√©ployer da mani√®re encore plus impressionnante et tout simplement belle.

    Une mention, enfin, pour les deux pianistes de la soirée, Jean-Yves Sébillotte en charge de la partition d'Hindemith, et Margot Kazimirska de celle d'Eva Crossman-Hecht. Le premier sous la baguette de Vello Pähn, la seconde toute seule, contribuent largement au bonheur musical de cette soirée.




    Opéra Bastille, jusqu'au 9 mai.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 05/04/2008
    Gérard MANNONI

    Programme Balanchine-Noureev-Forsythe du Ballet de l'Opéra à l'Opéra de Paris.
    Les Quatre Tempéraments
    chorégraphie : George Balanchine
    musique : Thème avec quatre variations pour orchestre à cordes et piano, de Paul Hindemith piano : Jean-Yves Sébillotte

    Raymonda (extraits)
    chorégraphie : Rudolf Noureev, d'après Marius Petipa
    costumes : Nicholas Georgiadis
    musique : Alexandre Glazounov

    Artifact Suite
    chorégraphie, scénographie, costumes, éclairages : William Forsythe
    musique : Jean-Sébastien Bach (enregistrée par Nathan Milstein) et Eva Crossman-Hecht piano : Margot Kazimirska

    Orchestre de l'Opéra national de Paris
    direction : Vello Pähn

    Avec les √Čtoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de Ballet de l'Op√©ra national de Paris.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com