altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 04 juin 2020

Reprise de la Belle au bois dormant de Marius Petipa au Covent Garden de Londres.

Une précieuse Aurore

Sarah Lamb (Aurore)

Le Royal Ballet au Covent Garden de Londres offre une série de plus de vingt représentations de la Belle au bois dormant, pilier du répertoire de la capitale britannique. Sarah Lamb, bostonienne récemment nommée principal, administre dans ce chef-d’œuvre de Tchaïkovski et Petipa une leçon de style très british.
 

Royal Opera House, Covent Garden, London
Le 26/04/2008
Vincent LE BARON
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Ă€ la diffĂ©rence de celle du Ballet de l’OpĂ©ra de Paris, l’histoire du Royal Ballet est beaucoup plus courte, trois quarts de siècle seulement. En revanche, l’institution, comme chaque joyau de la Couronne, s’échine Ă  perpĂ©tuer une tradition, et en moins de cent ans, la Belle au bois dormant a su accĂ©der Ă  ce statut de ballet fondateur de la compagnie. Cette particularitĂ© s’explique par l’histoire du Royal pendant l’entre-deux-guerres, avec l’influence des Ballets Russes, et le courage de ses fondateurs pendant la Seconde Guerre mondiale.

    Aussi, en 1946, pour célébrer la renaissance de l’après-guerre et le déménagement de la compagnie à Covent Garden, c’est tout naturellement la Belle qui fut programmée. Depuis, différentes productions du chef-d’œuvre de Tchaïkovski et Petipa se sont succédées à l’affiche, mais dans la mémoire des plus anciens, aucune n’égala cette version mythique de 1946.

    Monica Mason, directrice en poste depuis bientôt une décade, a décidé de reconstruite le mythe d’Oliver Messel. Le résultat séduit totalement. Les couleurs pastel, les effets de transparence, les citations picturales, un tableau en trois actes et un prologue qui constitue l’une des versions les plus authentiques – à sa façon – de l’œuvre.

    Parmi les nombreuses Aurore, Sarah Lamb s’impose aujourd’hui comme l’une des plus raffinées. Elle détient cette préciosité britannique si séduisante qu’elle acquit en Nouvelle-Angleterre, à Boston où elle étudia et débuta sa carrière. Le corps fuselé, elle fait preuve d’une technique à toute épreuve, dans ses terrifiants équilibres de l’Adage à la rose comme dans la giration des nombreuses variations.

    Dans la tradition anglaise héritée d’Ashton, les épaulements et la courbe du haut du corps complètent la richesse ornementale de cette danse d’une rare élégance. Le teint porcelaine et la chevelure naturellement poudrée, la ballerine a presque l’allure d’une miniature du XVIIIe siècle. Un objet fragile qui exige l’attention d’un partenaire noble.

    En cette matière, le fier Ivan Putrov n’a rien à envier. Cet Ukrainien vainqueur d’un Prix de Lausanne a fait toute sa carrière au Royal Ballet et correspond parfaitement à l’image galante du Prince Désiré. Le rôle est beaucoup moins exigeant que celui d’Aurore mais dans la variation d’Ashton au II comme dans le Grand Pas du III, il joue de son ballon et de son physique harmonieux. Manifestant sa bravoure à chaque réception, il agacerait presque à la longue.

    Le Corps de Ballet et certains solistes ont semblé un peu fatigués, probablement car cette représentation faisait suite à une matinée. Les fées au Prologue paraissent notamment bien frêles. La vraie découverte dans les personnages secondaires se nomme Yuhui Choe en Princesse Florine. Le rôle souvent affadi par la comparaison avec l’Oiseau Bleu masculin retient rarement l’attention. La jeune asiatique, pour sa prise de rôle, s’avère formidable de subtilité et de prise de risque. Un espoir à suivre…




    Royal Opera House, Covent Garden, London
    Le 26/04/2008
    Vincent LE BARON

    Reprise de la Belle au bois dormant de Marius Petipa au Covent Garden de Londres.
    The Sleeping Beauty
    chorégraphie : Marius Petipa
    The Royal Ballet

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com