altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 23 octobre 2018

Carte blanche à Agnès Letestu au Théâtre de Poissy.

Étoile aux multiples facettes

Agnès Letestu et Hervé Moreau dans la Dame aux camélias

Belle idée que celle du Théâtre de Poissy de proposer à la grande étoile Agnès Letestu d’organiser une carte blanche. Artiste exceptionnelle, représentante au plus haut niveau de l’école française dans le monde entier, la belle ballerine dessine aussi des costumes avec un talent authentique. D’où ce spectacle original doublé d’une intéressante exposition de son travail.
 

Théâtre, Poissy
Le 25/01/2009
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le bon grain et l’ivraie

  • Le futur en première ligne

  • Travail soigné

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Star du Ballet de l’Opéra de Paris, invitée et acclamée dans le monde entier, de Cuba à Moscou, de New York à Saint-Pétersbourg, de Londres à Tokyo ou Pékin, Agnès Letestu est dotée d’une personnalité dépassant largement celle des ballerines traditionnelles. Grande et belle, aussi élégante par la pensée et le comportement que par la silhouette, cette jeune femme en plein épanouissement d’une carrière magnifique a toujours nourri son art de multiples centres d’intérêt.

    Lui confier une carte blanche, c’était lui faire ouvrir une boîte magique d’où sortiraient bien des fruits de son imagination et de sa culture. Nulle surprise donc à voir ce dérouler, en ce dimanche après-midi, dans l’accueillant théâtre de Poissy, un programme varié, original, alliant grandes pages classiques, créations contemporaines, danseurs chevronnés et danseurs plus jeunes, humour, romantisme, musique, et même arts plastiques.

    L’Opéra a en effet prêté quelques uns des costumes conçus par Agnès Letestu pour différents ballets que chorégraphia José Martinez, dont ceux, particulièrement réussis, des Enfants du paradis. Tout le monde l’a reconnu : la ballerine a un vrai talent en ce domaine aussi et ses costumes sont à la fois très beaux, hors du commun et on ne peut plus scéniques. Les voir de tout près était un plaisir supplémentaire.

    D’un programme riche et varié, on retiendra d’abord les deux pas de deux du répertoire dansés par Letestu elle-même et l’Étoile Hervé Moreau, dont c’était un peu le retour sur scène après un arrêt pour blessure. Que ce soit dans Giselle ou dans l’acrobatique mais tellement poétique et passionnel extrait de la Dame aux camélias de Neumeier, les deux artistes aux physiques si bien accordés donnent une magistrale démonstration de danse romantique et néoclassique.

    De la technique, de l’intelligence, de la musicalité et beaucoup de classe. Un exemple pour les deux interprètes de l’adage de l’acte blanc du Lac des cygnes, Laura Hecquet et Florian Magnenet, excellents physiques et beau travail, mais forcément moins onctueux, moins fluides, moins exacts à tout instant.

    On a beaucoup aimé les petites pièces humoristiques de Samuel Murez qui scandaient la première partie. Il y a peu de ballets drôles par la seule danse et non par l’anecdote. C’est difficile à réussir. Samuel Murez s’y entend fort bien. Il sait allier grande technique détournée et figures inattendues avec beaucoup d’esprit et d’imagination. Ses camarades du Ballet de l’Opéra, Stéphane Bullion, Florian Magnenet, Audric Bezard, les excellents Mathilde Froustey et Josuah Hoffalt, avec Charline Giezendamer, Laura Hecquet et Amandine Albisson, semblent prendre autant de plaisir qu’ils nous en donnent à exécuter ces hilarantes acrobaties.

    Patrick de Bana, que l’on a applaudi si souvent chez Béjart et chez Nacho Duato, proposait la vision très subtile de Marie Antoinette dans les transparences d’un XVIIIe siècle libertin, un peu pervers et ambigu, où l’héroïne aux derniers instants de sa vie partage en une sorte de rêve de furtifs moments de complicité et de ferveur avec son mari déjà disparu.

    Le sculptural chorégraphe danseur avait Agnès Letestu pour partenaire, et dans une deuxième pièce, Queen of night, la ravissante Aida Badia. Intéressants moments très différents des autres numéros du programme, tout comme le toujours beau Akhathisie de Nicolas Paul si bien dansé par Stéphane Bullion. Plusieurs pièces étaient accompagnées en direct par le Quintet Illico qui fit des merveilles pour remplacer un grand orchestre romantique !

    Un public heureux où figuraient de nombreux enfants mais aussi beaucoup de professionnels de la danse, Étoiles et professeurs, a accueilli triomphalement ce spectacle, reflet de l’une des personnalités les plus brillantes et attachantes du monde actuel de la danse.




    Théâtre, Poissy
    Le 25/01/2009
    Gérard MANNONI

    Carte blanche à Agnès Letestu au Théâtre de Poissy.
    Carte blanche à Agnès Letestu
    Avec Agnès Letestu et Hervé Moreau, danseurs Étoiles ; Stéphane Bullion, Premier Danseur ; des danseurs du corps de ballet de l’Opéra national de Paris, Patrick de Bana, Aida Badia, le Quintette Illico.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com