altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




L'ACTUALITE DE LA DANSE 05 juin 2020

Reprise de la Bayadère dans la version Noureev au Ballet de l’Opéra national de Paris.

La Bayadère (1) :
Toujours éclatante Bayadère

© SĂ©bastien MathĂ©

Depuis sa création en 1992, cette version de La Bayadère de Ludwig Minkus et Marius Petipa due à Rudolf Noureev fait les beaux soirs du Ballet de l’Opéra national de Paris. En presque vingt ans, elle n’a rien perdu de son impact sur un public très admiratif. Une nouvelle génération de danseurs s’y affirme.
 

Palais Garnier, Paris
Le 21/05/2010
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de danse

  • Le ravissement de Raymonda

  • LamĂ©, le corps

  • Solde de tout conte

    [ Tout sur la danse ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Bien sĂ»r, avec ses quelques longueurs et surtout une première partie oĂą domine très largement le mimodrame, la version Noureev de la Bayadère n’est pas sans dĂ©fauts. Elle est cependant la plus intĂ©ressante et la plus homogène, avec son incroyable dĂ©filĂ© du retour de la chasse au tigre, qui puisse se voir actuellement. Et puis, elle restera le cadeau d’adieu de Noureev Ă  cette compagnie qu’il dirigea et Ă  laquelle, avec ses comportements parfois incontrĂ´lĂ©s, il apporta quand mĂŞme beaucoup.

    Pas facile aujourd’hui de faire un choix dans toutes les distributions réunies pour cette longue série de spectacles ! Ce soir, quatre Étoiles sont en charge des quatre rôles les plus marquants. Clairemarie Osta, beau travail de bras, composition émouvante, très sensible, est une Nikiya touchante, que l’on sent d’emblée trop fragile pour résister à un destin aussi redoutable que celui de l’issue d’une lutte inégale avec l’implacable Gamzatti !

    Cette dernière est incarnée de façon magistrale par une Émilie Cozette révélant des possibilités dramatiques puissantes dans ce rôle de méchante absolue. Physique royal, technique brillante, les gestes exacts au bon moment, l’expression sans cesse adéquate.

    Face à ces deux héroïnes hyper féminines chacune à leur manière, le blond Solor de Karl Paquette a gagné en sûreté et en éclat. Lui aussi compose un personnage très vivant, très crédible, apportant toute une dimension théâtral à ce rôle qui pourrait n’être qu’un stéréotype.

    On attendait beaucoup de l’Idole doré de Mathias Heymann. Sans vraiment parler de déception, avouons que ce n’est pas un rôle qui met ses meilleures qualités en valeur. À part le manège final impressionnant d’élévation, le reste manque d’acuité, d’un côté incisif qui trancherait avec ce que font les autres personnages. Gageons que son Solor sera d’une tout autre envergure.

    La si difficile entrée des Ombres au dernier acte, morceau de bravoure entre tous pour les ballerines de toute compagnie, vaut un très franc succès aux danseuses du Corps de ballet. Une génération en grande partie nouvelle a de toute évidence été préparée à la perfection par les maîtres de ballet.

    Si les danseurs que l’on voit Ă©voluer ont droit aux applaudissements directs du public, il convient de ne pas oublier qu’ils sont porteurs non seulement de leur propre talent mais de tout ce que leur transmettent leurs maĂ®tres de ballet comme Laurent Hilaire, Clothilde Vayer ou Lionel DelanoĂ«, ainsi que ceux qui ont « collaborĂ© aux rĂ©pĂ©titions Â», Florence Clerc, Ghislaine Thesmar, Jean-Guillaume Bart, VĂ©ronique Doisneau et Éric Camillo.

    Comme toujours, Mathilde Froustey apporte à la deuxième variation des Ombres du troisième acte la qualité d’une danse dont pas un geste ni un pas ne laisse indifférent. Stéphane Phavorin compose un Rajah qui sans avoir tout l’impact assez inégalable d’un Didière, possède autorité et majesté. L’excellent Yann Saïz est presque trop jeune pour être le méchant Brahmane. On le prendrait vite autant en pitié que sa victime !

    Alistair Madin est un Fakir aussi efficace dans son personnage de serviteur sacré que de serviteur espion. Bref, tout le monde est à son poste, y compris les élèves de l’École de danse. D’autres distributions restent à voir, notamment avec Heymann et Bullion en Solor, Dorothée Gilbert et Delphine Moussin en Nikiya , Ludlilla Pagliero en Gamzatti.




    Palais Garnier, Paris
    Le 21/05/2010
    GĂ©rard MANNONI

    Reprise de la Bayadère dans la version Noureev au Ballet de l’Opéra national de Paris.
    La Bayadère, ballet en trois actes
    Livret de Marius Petipa et SergeĂŻ Khouderov
    musique : Ludwig Minkus
    chorégraphie et mise en scène : Rudolf Noureev d’après Marius Petipa
    décors : Ezio Frigerio
    costumes : Franca Squarciapino
    Ă©clairages : Vinicio Chelio

    Orchestre Colonne
    direction : Kevin Rhodes

    Avec les Étoiles, les Premiers Danseurs, le Corps de ballet et les élèves de l’École de danse de l’Opéra national de Paris.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com